“Nous nous sommes posé beaucoup de questions, nous confie Dominique Seutin, codirectrice du festival avec Karin Vandenrydt. Mais nous avons décidé de poursuivre le travail.”

Outre le contexte sanitaire, l’édition 2021 est spéciale. Anniversaire, elle est la quarantième du festival. Ce sera aussi la première en plein exercice des deux nouvelles directrices. En fonction depuis quatre mois, elles ont pris la relève de Philippe Moins, fondateur du festival, et de Doris Cleven, codirectrice.

“Nous travaillons sur le principe d’une édition au Flagey, comme d’habitude. Nous sommes réalistes : ce sera sans doute avec jauge réduite, peut-être 200 personnes dans la grande salle du Studio 4 et une trentaine dans les petites” et dans le respect de protocoles de sécurité les plus stricts. Les organisateurs prévoient aussi des séances scolaires et familiales au Cinéma Palace et à la Cinematek.

“La deuxième option, si les salles doivent rester fermées, est une édition en ligne, à prix démocratique”, avec notamment des sélections de courts métrages par thématique (Saint-Valentin, jeune publique,...).

Les sélectionneurs du Festival ont déjà reçu plus de 1350 films inédits pour la compétition d’Anima. “Je ne sais pas si c’est une répercussion indirecte de la crise, mais il y a des films magnifiques, très beaux, cette année.” Les organisateurs comptent donc en présenter un maximum à leur public.

D’ores et déjà annoncés, quoiqu’il arrive, un best of des meilleurs courts métrages des quarante dernières années, et un focus sur le cinéma Stop Motion à Cinematek (à l’occasion de la sortie du livre Stop motion : Un autre cinéma d’animation de Xavier Kawa-Topor et Philippe Moins).

Les journées professionnelles Futuranima de cette année seront cent pour cent belges. “Nous avons décidé par mesure de précaution de ne pas solliciter d’invité étranger. C’est l’occasion de mettre en avant des jeunes talents belges. Il se passe plein de choses dans le secteur pour l’instant en Belgique.” Un choix qui répond, certes, à la crise sanitaire, mais qui est aussi le reflet des nombreuses vocations que le festival a suscité et entretenu en quatre décennies.

Infos et programme (à venir) : animafestival.be