Le réalisateur et comédien britannique est mort ce mercredi à l’âge de 77 ans.

Difficile d’oublier Mr Creosote, client obèse d’un restaurant s’engouffrant des tonnes de nourritures déversées par un obséquieux maître d’hôtel campé par John Cleese. Jusqu’à finir par exploser, dans le dernier sketch, homonyme, du Sens de la Vie, ultime pantalonnade des Monty Python qui avait obtenu le Grand Prix du festival de Cannes en 1983. Résumant à lui seul la profondeur absurde de l’humour de la célèbre troupe britannique, ce personnage était campé par Terry Jones. Atteint d’une forme aiguë de démence depuis 2016, qui l’empêchait de parler, celui-ci s’est éteint ce mercredi. À la veille de ses 78 ans, l’acteur, réalisateur et historien a ainsi rejoint Graham Chapman (mort en 1989) au Paradis des Monty Python…

Spécialiste de l’histoire médiévale

Né le 1er février 1942 au Pays de Galles, Terry Jones sort d’Oxford diplômé en Histoire médiévale, avec une spécialisation sur le règne de Richard II d’Angleterre. On lui doit d’ailleurs une série d’ouvrages de référence sur la période. Des connaissances qu’il mit également au service, des années plus tard, de Sacré Graal ! Mais aussi, en 2004, de Sacré Moyen Âge, série télévisée de vulgarisation historique.

Jones commence sa carrière à la télévision en 1967 à la BBC, dans la série At Last the 1948, où il côtoie John Cleese et Michael Palin, avec lesquels il créera, deux ans plus tard, les Monty Python, rejoints par Graham Chapman, Eric Idle et Terry Gilliam (le seul Américain de la bande). S’il n’était pas le visage le plus familier des Python, Terry Jones en fut l’un des membres les plus importants. C’est lui en effet qui signa la plupart des épisodes de la mythique série Monty Python’s Flying Circus, diffusée sur la BBC de 1969 à 1974 (et sur à la RTB sous le titre Absurde, n’est-il pas ?).

© REPORTERS

Du petit au grand écran

Projet improbable, proposant un humour nonsense loufoque (mais nourri d’une vraie culture historique, politique et philosophique), les Monty Python connaissent rapidement un immense succès populaire. Qui mènera même la troupe à jouer un spectacle triomphal sur la scène du célèbre Hollywood Bowl en 1980.

Dès 1975, les Monty Python décident de passer du petit au grand écran avec Monty Pyhton : Sacré Graal !, revisitation totalement loufoque de la légende arthurienne réalisée par Terry Jones (avec des épisodes animés confiés à Terry Gilliam). Le Gallois signera également les deux films suivants des Monty Pyhton : La Vie de Brian en 1979 (qui imagine que les rois mages se sont trompés d’étable et couronnent Brian Cohen au lieu de Jésus) et Le Sens de la Vie, dernier opus pythonien en 1983.

S’il ne renouera plus jamais avec un tel succès, Terry Jones continua à jouer et à réaliser (notamment Erik, le Viking avec John Cleese et Tim Robbins en 1989 ou Absolutely Anything, son dernier film en 2015). Tandis qu’en 2009, il fut Dieu pour Albert Dupontel dans Le Créateur… Tout en continuant à apparaître à la télévision ou à écrire. En 2004, il publiait ainsi Ma guerre contre "la guerre au terrorisme", recueil d’articles engagés publiés entre 2001 et 2005 dans The Guardian ou The Independent.