Le long-métrage a ainsi devancé "La Communion", un drame inspiré de faits réel réalisé par Jan Komasa, "Une vie cachée" dans une Autriche sous occupation nazie du réalisateur américain Terrence Malick, "Milla" de l'Australienne Shannon Murphy, sur le premier amour d'une adolescente pas comme les autres, et "Ema" du Chilien Pablo Larrain narrant l'histoire d'une jeune danseuse qui décide de transformer sa vie.

"1917" propose "une expérience visuelle exceptionnelle autour du premier conflit mondial qui dénote dans son registre, notamment grâce à l'originalité de sa mise en scène, son réalisme et la réflexion qu'il peut susciter sur la guerre", ont salué les membres de l'Union de la presse cinématographique belge, qui se compose d'une centaine de critiques et de journalistes spécialisés dans le septième art et issus de toute la Belgique. Le film dépeint la course contre la montre, derrière les lignes ennemies, de deux jeunes soldats britanniques porteurs d'un message qui pourrait empêcher la mort de centaines de soldats.

Côté belge, "Adoration", de Fabrice Du Weltz, est le mieux classé à la 12e place.

Le Prix Humanum, attribué à une oeuvre servant de plaidoyer pour vivre en harmonie parmi différents peuples, a été attribué au drame franco-polonais "La Communion".

Ce dernier et "1917" succèdent ainsi respectivement au film "Les Misérables", du réalisateur français Ladj Ly, et à "Parasite" du Sud-Coréen Bong Joon-ho.