Le ménage dans sa tête

Cinéma

J.-F. Pl.

Publié le

Le ménage dans sa tête
© Alternative

L'appartement n'est que déluge plus ou moins contrôlé: empilements de vaisselle, amoncellement de journaux et puis, un homme, la cinquantaine, émergeant péniblement du sofa. Lui, c'est Jacques (Jean-Pierre Bacri), ingénieur du son que sa séparation d'avec Constance a laissé pour le moins désemparé: membre, malgré lui, du club des coeurs solitaires. Non, cependant, qu'il se laisse tout à fait abattre. Aussi commence-t-il par tenter de mettre un peu d'ordre dans sa vie - jusqu'à, littéralement, engager une jeune femme de ménage.

Difficile d'imaginer plus dissemblables que cet homme d'âge mûr quelque peu désabusé et Laura (Emilie Dequenne), la jeune femme spontanée qui lui fait bientôt face dans un bistro. Engagée, cette dernière fait pourtant l'affaire au-delà de toute espérance, Jacques baissant insensiblement sa garde, curieux et même plus. Au point que, lorsqu'elle lui demande de l'héberger pour un temps - il n'a pas le monopole de la solitude -, il acquiesce, à demi à contre-coeur seulement.

Adaptée d'un roman de Christian Oster, cette chronique intime de Claude Berri séduit par la justesse de son écriture. Point d'éclats inutiles en l'occurrence, mais une vision sensible évoluant avec finesse et drôlerie sur la gamme des sentiments. Soit l'histoire d'un homme reprenant goût à la vie, traitée ici avec une sobriété doublée d'une appréciable maturité: s'il est celui de presque tous les possibles, le final, abrupt, laissera les deux protagonistes livrés à eux-mêmes, riches toutefois de l'une ou l'autre clé à leur existence.

Si l'on vibre à ce bout de chemin, c'est aussi par l'apport de deux comédiens venus lui conférer intensité et crédibilité. Impeccable comme de coutume, économe mais tout en densité, le trop rare Jean-Pierre Bacri donne substance et coeur à un homme blessé trouvant inopinément matière à se réinventer. Face à lui, Emilie Dequenne campe avec aplomb une femme plus complexe qu'il n'y paraît, pour en restituer les diverses dimensions avec une incontestable vérité. Improbable, peut-être, ce duo-là est tout bonnement emballant...

© La Libre Belgique 2002

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous