La Bibliothèque des manuscrits refusés ! Quelle belle idée ! Celle d’un bibliothécaire breton qui a consacré une salle de son bâtiment à ces textes rejetés par tous les éditeurs. Un jour, une jeune femme du coin travaillant chez Grasset y passe l’après-midi. Elle feuillette à gauche, à droite quand son œil est attiré par un beau titre : Les dernières heures d’une histoire d’amour.

Non seulement, le texte est au-delà des espérances mais le manuscrit, lui-même, a une histoire. Son auteur, Henri Pick décédé depuis deux ans, tenait la pizzeria de Crozon. Sa femme, qui ne l’avait jamais vu lire un roman, fut d’ailleurs toute surprise de découvrir une machine à écrire dans son atelier. Et voilà que ce récit d’une passion amoureuse mixée avec les derniers instants de Pouchkine, connaît un fulgurant succès de librairie.

Toute la presse se passionne pour le pizzaïolo. Sur son plateau, le Pivot du moment accueille en exclusivité sa veuve et met en doute que son mari puisse être l’auteur du roman. Grand mal lui fait. Son attitude provoque un tollé, son patron en profite pour le licencier et sa compagne pour le lourder. La réponse à la question "Qui a écrit ce livre ?" devient une affaire personnelle et obsessionnelle.


C’est parti pour une enquête littéraire entre Paris et la Bretagne, entre le milieu des éditeurs et celui des lecteurs du bout de la province. Notre critique vedette n’est pas seul à remuer les pistes, il est rejoint, pour des raisons opposées, par la fille d’Henri Pick, toute tourneboulée par la découverte de ce manuscrit qui la force à rembobiner son passé.

Rémi Bezançon signe ici un étonnant thriller doublé d’un page-turner puisqu’il ne s’agit pas d’identifier un coupable mais un écrivain. Non seulement, nos enquêteurs sont des amateurs, mais ils font confiance à leur imagination, ce qui est très romanesque mais peu efficace. Le spectateur, lui-même, manque de rigueur, car il aime croire aux belles histoires. Si le kiosquier Jean Rouaud a bien remporté le prix Goncourt avec son premier roman, pourquoi le pizzaïolo de Crozon ne pourrait-il pas être l’auteur d’une œuvre fulgurante ?

Révélé voici une dizaine d’années par Le premier jour du reste de ta vie, Rémi Bezançon trouve enfin son second souffle avec cette adaptation gourmande et complice d’un roman de David Foenkinos. On peut y voir une plongée dans le milieu littéraire, une réflexion sur la puissance du marketing, une démonstration du pouvoir du livre. En fait, on voit surtout un réalisateur qui s’amuse avec l’imagination des spectateurs. On voit aussi deux acteurs, Fabrice Luchini et Camille Cottin, se régaler, tout en jubilation et retenue. On voit un savoureux divertissement qui communique une seule envie : se précipiter dans une librairie.

Le mystère Henri Pick Thriller De Rémi Bezançon Scénario Vanessa Portal, Rémi Bezançon d’après l’œuvre de David Foenkinos Avec Fabrice Luchini, Camille Cottin, Alice Isaaz. Durée 1h40.

© IPM