Un article du Monde.fr a fait voir rouge comme le tapis des marches Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes.

"Quatre des six films récompensés par le jury présidé par Nanni Moretti sont coproduits ou distribués par une même société, Le Pacte. [ ] Or, Le Pacte a coproduit le dernier film de Nanni Moretti, qu’il a également distribué dans les salles françaises" écrit Aureliano Tonet.

"C’est oublier que Moretti n’a qu’une voix sur neuf, c’est mal le connaître que le croire corrompu", a répondu sur Twitter Thierry Frémaux. Rebondissant sur le rappel d’un précédent soupçon de copinage (Quentin Tarantino décernant en 2004 la Palme à Michael Moore produit comme lui par Harvey Weinstein), Thierry Frémaux a même livré un scoop : "Michael Moore l’avait emporté 5 voix à 4. Il y a prescription : Tarantino n’avait pas voté Moore." Le fait, bien réel, serait plutôt représentatif d’un état de fait : la segmentation du marché de la production et de la distribution, avec la concentration d’une certaine catégorie de films chez les mêmes producteurs/distributeurs. Qui se ressemble s’assemble et se plébiscite.