Recherché par la police et la gendarmerie dans toute la région de Toulouse, un dangereux terroriste (Tomer Sisley) trouve refuge dans une ferme après avoir abattu trois membres d’un cartel de la drogue colombien de passage dans le coin. Il prend en otages le fermier d’origine sénégalaise, sa femme (Erika Sainte) et leur petite fille. A ses trousses désormais, un colonel de gendarmerie sur le retour (Pascal Greggory), un dangereux tueur à gages sino-colombien (Terence Yin) et la bande de bouseux racistes du village, qui en veulent au noir qui a "volé" leurs terres…

Après "Affaire d’Etat" avec André Dussolier et "La proie" avec Albert Dupontel, Eric Valette revient à ses premières amours : le film de genre, qui l’avait lancé en 2002 avec son premier film "Maléfique", un thriller horrifique très décalé dont on n’a toujours pas compris le succès. Adaptant ici un roman de l’auteur de polars français DOA, il accouche d’un vrai nanar qui ferait presque plaisir à voir.

Pas de second degré ou d’ironie dans "Le serpent aux mille coupures". On fait ici dans le sérieux ! On fait surtout dans le lourd. Car rien ne marche dans ce qui se voudrait un western contemporain dénonçant les maux de la société contemporaine : drogue, racisme, violence…

L’histoire est improbable (avec son gentil méchant, ses très très méchants, ses méchants paysans…), la mise en scène poussive, le découpage bancal, le montage aléatoire et les dialogues incroyablement plats. Mais c’est surtout la direction d’acteurs qui est un vrai régal ! Tous les acteurs jouent faux, que ce soit en français, en espagnol ou en anglais (avec une mention particulière à Terence Yin en tueur sadique). Quand, comme Stéphane Debac, ils ne semblent pas se promener en touristes dans ce polar ridicule, ne cherchant même pas à se glisser dans la peau de leurs personnages pour leur apporter un semblant de crédibilité. Foutu pour foutu…


© IPM
Réalisation : Eric Valette. Scénario : Eric Valette & DOA (d’après son roman). Musique : Christophe Boulanger & Mike Theis. Montage : Sébastien Prangère. Avec Tomer Sisley, Terence Yin, Pascal Greggory, Erika Sainte, Stéphane Debac… 1 h46.