13 ans, après "Dikkenek", le retour d’Olivier Van Hoofstadt dans une comédie canine.

Hé basta, si la rigolade est grasse ! On peut avoir envie d’un hamburger et de regarder Cyril Hanouna ! On peut avoir envie d’une soirée cinéma où les rires ping-pong d’un coin à l’autre, où les acteurs se lâchent, où les dialoguistes retirent le filtre d’autocensure, où le mauvais goût s’assume à condition que le public se gondole sans modération.

Hé bien, ceux qui voyaient en Lucky, le retour d’un Dikkenek après 13 ans d’absence, vont être déçus, une fois. Ce n’est pas un enterrement mais on y rit autant. En cause, le réglage du niveau de la nazerie. Plus c’est gros, plus ça passe, entend-on dire souvent. Néanmoins, il existe une limite. Une fois franchie, le spectateur éprouve la sensation que c’est lui qu’on prend pour un abruti, de lui qu’on rit.

Exemple. Un vigile s’acharne à ouvrir la cage d’un chien, personnage central du film. Le malheureux essaie tout - tournevis, pied de biche, etc. - et ça dure, quand arrive son complice qui tourne bêtement la poignée et libère le chien. Personne n’ose encore ce gag par respect pour le spectateur de plus de 50 de QI. Olivier Van Hoofstadt, malheureusement, oui.

Au terme de la lecture du scénario qui se fait à deux mains, l’une pour tourner les pages et l’autre pour se pincer le nez, il ne restait que des comédiens de quatrième zone pour jouer un vigile demeuré et une policière corrompue, soit Michael Youn et Florence Foresti en têtes d’affiche. Quant à François Berléand et Daniel Prévost, on ignore s’ils ont des fins de mois compliquées ou le cœur sur la main, pour aider une bonne cause. Alban Ivanov, lui, semble y croire, c’est touchant ou pathétique.

Personne ne rit. Ceux qui sourient, ce sont des responsables com’ d’Audi et de Duvel. Tout le monde roule en Audi et boit de la Duvel, on ne voit que leurs produits. Cinéaste de pub depuis dix ans, Olivier Van Hoofstadt n’a, visiblement, pas pu se défaire de certaines habitudes. Toutefois, on ne distingue pas la marque de la pâtée pour chiens servie pendant une heure quarante.

Lucky Comédie canine De Olivier Van Hoofstadt Avec Florence Foresti, Michaël Youn Durée 1h 40.

© Note LLB