Cinéma Chris Hemsworth et Tessa Thompson ne sauvent pas cet ersatz de la trilogie mythique.

Depuis que, enfant, Molly (Tessa Thompson) a été témoin de l’intervention de Men in Black, elle n’a eu de cesse d’intégrer la très secrète organisation. Parvenue à ses fins, elle est envoyée à Londres comme agent à l’essai, sous le matricule M. Là, elle s’impose auprès de H (Chris Hemsworth). Cette figure légendaire a sauvé le monde d’une invasion extraterrestre des années plus tôt, avec son supérieur et mentor High T (Liam Neeson). Imbu de lui-même, H suscite le scepticisme de certains collègues. Avec lui, M va devoir déjouer une nouvelle invasion.

Le titre ne ment pas. La franchise initiée en 1997 par Barry Sonnenfeld quitte les États-Unis emmenant M et H à Londres, Paris, Marrakech, Naples,… Hormis la féminisation du duo - qui rend caduc l’intitulé - et le renouvellement des acteurs (seule Emma Thompson rempile en O), c’est la seule nouveauté. On resuce les créatures, tentacules et flingues délirants pour des scènes d’action vues en boucle ailleurs.

Même le tandem Hemsworth-Thompson est une reprise de Thor : Ragnarok. On ne s’en plaint pas forcément. Le duo d’acteurs fonctionne à égalité de punchlines. Hemsworth exhibe ses pectoraux dès qu’il peut (rêve-t-il déjà de troquer son costume noir pour le smoking de James Bond ?). Liam Leeson réplique aussi une partition qu’il connaît par cœur. Du lot, se distinguent le duo de danseurs les Twins, dont le New-Style apporte une touche de singularité aux tueurs aliens (doublés de beaux effets spéciaux), et la Riza à trois bras de Rebecca Ferguson.

Pas une daube, mais la confirmation qu’à Hollywood, recyclage et suites (le sceau de l’été 2019), débouchent de plus en plus sur des ersatz insipides. Concernant celle-ci, un petit coup de neuroliseur serait bienvenu.

Men in Black : International Science-fiction De F. Gary Gray Scénario Art Marcum, Matt Holloway Avec Chris Hemsworth, Tessa Thompson, Liam Neeson Durée 1h55.

© IPM