Rêvant de devenir réalisateur, Steve Harmon (Kelvin Harrison Jr.) est un élève brillant du prestigieux lycée de Stuyvesant, dans le sud de Manhattan. Son inspiration pour ses travaux pratiques dans sa classe de cinéma, il la trouve dans l’observation de son quartier de Harlem, où il se lie d’amitié avec une petite frappe (A$AP Rocky) dont il tire le portrait sur un terrain de basket. Celui-ci l’initie aux us et coutumes de la rue. Mais à 17 ans, la vie de Steve bascule quand il est arrêté pour complicité dans un braquage d’une épicerie qui a mal tourné et fait un mort… Ses parents (Jeffrey Wright et Jennifer Hudson) le soutiennent; son avocate (Jennifer Ehle) croit en son dossier. Mais comment convaincre un jury qu’on n’est pas coupable quand on est jeune, noir et accusé?


Au coeur du procès

Présenté au Festival de Sundance en janvier 2018, Monster débarque seulement aujourd’hui sur Netflix. Adaptation d’un roman pour ados à succès aux États-Unis, publié par Walter Dean Myers en 1999, le film se présente comme un film de procès tout ce qu’il y a de plus classique, disséquant le fonctionnement de la justice américaine. Si ce n’est qu’il nous plonge dans la tête de ce jeune accusé de bonne famille qui, du simple fait d’être noir et d’avoir été au mauvais endroit au mauvais moment, se retrouve sur le banc des accusés…

Alternant scènes dans le tribunal, en prison et flashbacks sur la vie du héros avant le cambriolage, Monster est porté par les commentaires en voix off du jeune étudiant en cinéma, qui interroge notamment le rapport à la mémoire et à la vérité, mais aussi la perception que l’on peut avoir de l’autre. « Que voyez-vous quand vous me regardez? », interroge-t-il par exemple.

© Netflix

Un film trop sage

Clippeur reconnu — il a bossé avec tous les grands noms du rap et du r’n’b, de Snoop Dogg à Eminem, de 50 Cent à Rihanna, en passant par Beyoncé, Jay-Z ou Drake —, Anthony Mandler signe un premier long métrage à la réalisation et au montage soignés. Pourtant, malgré ses excellents acteurs — dont le jeune Kelvin Harrison Jr., revu récemment dans La Voix du succès ou dans un autre film de procès, plus inspiré, Les Sept de Chicago —, Monster se révèle assez face. En cause un propos assez sage, pour ne pas dire inoffensif.

De façon assez surprenante, surtout dans le contexte Black Lives Matter actuel, Monster n’attaque en effet pas frontalement les dysfonctionnements de la société américaine. Ainsi, la question du racisme n’est jamais posée directement. Il s’agit plus pour le héros de bonne famille de se distancier de ses coaccusés noirs et d’être innocenté pour pouvoir rentrer dans le rang pour, comme son père, rêver d’une parfaite intégration au sein du système…

© Netflix

  • Disponible sur Netflix

Monster / Monstre Film de procès De Anthony Mandler Scénario Radha Blank, Cole Wiley & Janece Shaffer (d’après le roman de Walter Dean Myers) Avec Kelvin Harrison Jr., Jennifer Ehle, Jeffrey Wright, Jennifer Hudson, Tim Blake Nelson, A$AP Rocky… Durée 1h38

© Cote LLB