Remarqué à Cannes, un film letton coup de poing qui dénonce l’exploitation des travailleurs détachés venus de l'Est.

Devant une camionnette, des hommes font la file pour espérer se faire embaucher à la journée… Ces images sont devenues classiques dans le cinéma américain, pour décrire la dure réalité des sans-papiers mexicains en Californie par exemple. On ne les imagine pas en Europe, encore moins à Bruxelles… C’est pourtant bien ce que filme le Letton Juris Kursietis dans son second long métrage Oleg (après le multi-primé mais inédit chez nous Modris en 2014).

S’inspirant d’une histoire vraie, le cinéaste retrace ici l’enfer d’Oleg (excellent Valentin Novopolskij), jeune boucher letton débarquant à Bruxelles pour travailler dans une usine d’abattage. Suite à un incident avec un collègue, le bonhomme va tomber sous la coupe d’Andezjs (Dawid Ogrodnik), jeune mafieux Polonais à la tête de menus trafics en Belgique qui lui confisque son passeport en échange d’un travail et d’une chambre…

© D.R.

Description ultra-réaliste

Ancien journaliste, Juris Kursietis filme le cauchemar de son héros de façon totalement naturaliste (même s’il s’offre l’une ou l’autre échappée plus oniriques, notamment devant L’Agneau mystique des van Eyck à Gand) pour nous plonger dans le quotidien sordide de ces travailleurs détachés d’Europe de l’Est exploités à l’Ouest. L’auteur lui-même ne pensait pas possible cette histoire à Bruxelles, l’imaginant plus facilement à Londres ou en Grande-Bretagne. Pourtant, lors de ses repérages, le réel l’a rattrapé… "Nous y avons rencontré tout à fait par hasard une dizaine d’ouvriers lettons. L’histoire était bien là. Elle se tenait simplement à l’abri des regards", explique-t-il.

Outre la qualité des acteurs, c’est ce grand sens du réel qui impressionne dans ce drame cru remarqué à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2019. Kursietis nous force en effet à ouvrir les yeux sur une réalité invisible et pourtant si proche de nous. Sans le savoir, nous croisons en effet des dizaines d’Oleg dans les rues de Bruxelles… Une capitale européenne qui, ironiquement, accueille, les victimes des politiques libérales de l’Union, comme la très controversée directive des travailleurs détachés…

© D.R.

Oleg Drame naturaliste De Juris Kursietis Scénario Juris Kursietis, Liga Celma-Kursiete & Kaspars Odins Photographie Bogumil Godfrejow Montage Matyas Veress Avec Valentin Novopolskij, Dawid Ogrodnik, Anna Prochniak, Adam Szyszkowski, Guna Zarina… Durée 1h48

© Cote LLB