The Band : le groupe. Peut-on imaginer nom de groupe plus modeste ? Aujourd’hui, ce nom est toujours associé à Bob Dylan, qui a tourné à deux reprises avec eux, en 1966 et en 1974. Une première fois de façon chahutée - le public du roi du folk refusant de le voir s’acoquiner avec ces représentants du rock électrifié -, la seconde de façon triomphale. "On faisait pourtant exactement la même chose. Mais le monde avait changé…", commente Robbie Robertson dans Once Were Brothers.

De sa belle voix profonde, le musicien canadien revient sur l’histoire de The Band depuis ses débuts à Toronto à la fin des années 50. Avec les moments heureux, comme la rencontre avec Ronnie Hawkins, qui emmène ces jeunes Canadiens biberonner à la source du rhythm’n’blues, dans le Delta du Mississippi. Les moments de gloire aux côtés de Dylan. Les premiers albums : Music From Big Pink en 1968 (avec sa pochette peinte par Dylan) et The Band en 1969. Mais aussi les périodes difficiles et la séparation en fanfare avec la tournée The Last Waltz en 1976.


Une influence majeure

The Last Waltz résonne évidemment aussi aux oreilles des cinéphiles, puisque Martin Scorsese immortalisera leur concert d’adieu dans un documentaire homonyme sorti en 1978. Sur scène, aux côtés des cinq membres de The Band (Rick Danko, Levon Helm, Garth Hudson, Richard Manuel et Robbie Robertson), se succédaient des invités de marque : Ronnie Hawkins et Bob Dylan, mais aussi Muddy Waters, Neil Young, Joni Mitchell, Van Morrison, Eric Clapton… Nombre d’entre eux confient à la caméra de Daniel Roher l’influence qu’a exercée sur eux The Band. "Quand on écoutait leurs voix, c’était quelque chose de totalement neuf et qui, pourtant, avait toujours été là", explique joliment Bruce Springsteen à propos de ce "miracle", la réunion de cinq jeunes musiciens entièrement au service de leur musique, où se mêlent les influences du rockabilly de leurs débuts, du blues, du folk, de la country… Et qui participeront à créer ce son unique que l’on appelle désormais l’americana. Pas mal pour des petits Canadiens…

Grâce à de nombreuses interviews, de magnifiques archives (photos, vidéos…), le film nous replonge dans l’univers du Band, dans cette campagne de Woodstock dans les Catskills, dans cette petite maison rose dont ils avaient transformé la cave en studio d’enregistrement, où ils avaient trouvé un havre de paix pour écrire, composer, sous le regard bienveillant de leur voisin Dylan.

Inspiré des mémoires de Robbie Robertson, qui tient ici le premier (et le beau) rôle, Once Were Brothers ne donne sans doute qu’une version de la réalité - notamment sur la séparation houleuse du groupe, miné par les problèmes d’alcool et d’addiction à l’héroïne. Mais il offre un témoignage passionnant sur la création musicale à une époque à jamais révolue…

Once Were Brothers Documentaire De Daniel Roher Avec Robbie Robertson, Bruce Springsteen, Eric Clapton, Martin Scorsese, Van Morrison, Ronnie Hawkins… Durée 1h40.

© D.R.

Disponible sur Sooner, Proximus Pickx et Cinéchezvous.