Le comédien belge Philippe Volter, 45 ans, a mis fin à ses jours mercredi à Paris.

Fils du metteur en scène Claude Volter et de la comédienne Jacqueline Bir, il avait notamment été remarqué dans "La Double vie de Véronique" de Krzysztof Kieslowski et "Le Maître de musique" de Gérard Corbiau.

Né en 1959 en Belgique, Philippe Volter fait ses premiers pas sur les planches à l'âge de 4 ans. Après plusieurs grands rôles sur les scènes belges, il débute sa carrière cinématographique en 1985 dans une fresque de Hugo Claus, "De Leeuw van Vlanderen". Il est ensuite remarqué dans "Le Maître de musique" (1988) de Gérard Corbiau où il interprète un jeune voyou qui apprend le chant auprès du baryton José Van Dam.

Le comédien au physique de jeune premier mystérieux interprète ensuite en 1989 un rôle de mari violent aux côtés de Béatrice Dalle dans "Les Bois Noirs" de Jacques Deray, prestation qui lui vaudra une nomination pour le César du Meilleur espoir en 1990. Il décroche deux rôles importants dans "La Double vie de Véronique" (1991) et "Trois couleurs: Bleu" (1993) de Krzysztof Kieslowski. En 1991, il est également le héros de "Simple Mortel", audacieuse incursion de Pierre Jolivet dans la Sience-fiction.

Si sa carrière se partage essentiellement entre la France et la Belgique, Philippe Volter tourne aussi sous la direction du Bulgare Petar Popzlatev dans "Même Dieu est venu nous voir" (2001) et du cinéaste d'origine algérienne Abdelkrim Bahloul dans "La Nuit du destin" (1997). A partir des années 90, Philippe Volter remonte régulièrement sur les planches. On le retrouve également souvent à la télévision, notamment dans "L'Affaire Dreyfus" (1995) et "Le Pantalon" (1997) d'Yves Boisset, ou "Madame Sans-Gêne" (2002) de Philippe de Broca. Son dernier rôle au cinéma, il l'interprète dans "Les Gens honnêtes vivent en France" de Bob Decout, sorti en France en mars dernier.

Après le décès de son père en 2002, il avait pris la direction artistique de la comédie Claude Volter à Bruxelles aux côtés de l'actuel directeur, Michel de Warzée. Il avait démissioné de ce poste en juin 2004.