John Shank et Anna Falguères proposent un un psychodrame exténuant.

On le sent dès la première séquence, ce duo de réalisateurs se regarde filmer. Il se regarde transformer la nature en un décor théâtral. Il se regarde donner des instructions très précises au chef op’: là, tu nous fais un plan à la Robby Muller. Il regarde si la coiffure de Vincent Rottiers est raccord, s’il faut pas remettre la jolie bouclette en place.

Au milieu de nulle part, mais en France tout de même, une station essence improbable. Le pompiste, Rottiers tout crollé, a des loisirs. La seule voiture qui va s’arrêter durant tout le film étant passée, une femme se pointe pour faire l’amour, à l’ombre, dans une cabane en béton. Une poignée d’enfants sont invités à assister, secrètement, au spectacle, moyennant un petit billet encaissé par son collègue.

Le duo se réjouit déjà d’entendre les réactions outrées des spectateurs à la vue de cette scène. Ah le buzz que cela va produire ! En attendant, ce n’est pas une mouche qu’on entend voler, mais la moitié de la salle qui s’est endormie. Les bienheureux car l’autre moitié cherche une position qui ménage les fesses. Le meilleur fauteuil ne peut rien contre l’ennui.

Pendant un temps, on peut s’occuper en cherchant à mettre de l’ordre dans les plans balancés de façon aléatoire. Mais depuis qu’un semblant d’histoire se dessine, que le beau garagiste tombe raide d’une jeune passagère (celle de l’unique voiture) ; il n’y plus a plus rien à regarder dans ce spectacle pourtant tape-à-l’œil. Personnages à une dimension, dramaturgie inexistante, les acteurs prennent la pose et mangent leurs mots. Mal payés ou trop gênés de débiter un dialogue aussi prétentieux qu’indigent ?

Quelque chose à sauver dans cet interminable métrage ? La coiffeuse de Vincent Rottiers et un lever de soleil après 9h14 - temps ressenti - de projection. S’il existait un festival de l’ennui, Pompéi serait favori.

Pompéi Psychodrame exténuant De John Shank, Anna Falguères Avec Aliocha Schneider, Garance Marillier, Vincent Rottiers Durée 1h 35.

© Note IPM