Depuis 16 ans, Edith et Paul, Azéma et Dussollier, les parents de Tanguy, coulent des jours heureux. Leur vie est désormais celle de retraités de grand luxe dans leur immense appartement parisien superbement rénové.

Il croyait s’ennuyer et relit ses Gotlib avec jubilation alors qu’elle s’entretient en faisant de la gym tous les matins. Bien sûr, comme dirait l’autre, celui qui, à 60 ans, n’a mal nulle part, c’est qu’il est mort. Lui, c’est la prostate et, elle, de l’arthrose à l’épaule, ce qui peut être handicapant au golf qu’ils pratiquent, tous les deux, assidûment, avec leurs meilleurs amis. Mais leur bonheur, sans doute, c’est de savoir leur Tanguy heureux et… à 10 000 km, à Pékin depuis plus de 15 ans.

Mais, un soir, en pleine saison 2 de Black Mirror, un coup de sonnette. C’est Tanguy, avec ses valises, sa fille et sans sa femme qui l’a plaqué. Ses parents sont aux petits soins pour le tirer de son chagrin. Mais celui-ci s’installe, prend ses aises, comme Tanguy. Certains signes ont de quoi inquiéter. "Il est là pour longtemps", craint sa maman.


Humour et élégance

C’est Tanguy, le retour mais aussi Tanguy, le reboot, car c’est un peu le scénario original qui se reproduit.

Sorti en 2001, Tanguy a fait mieux qu’un succès mémorable, il est entré au dictionnaire, pas celui du cinéma, le dictionnaire tout court. Tanguy fait partie du langage courant, c’est un substantif désignant un jeune homme qui refuse de quitter le nid familial. Après avoir croqué la grande famille bourgeoise catholique dans La vie est un long fleuve tranquille, la vieille acariâtre dans Tatie Danielle, Étienne Chatiliez captait ce phénomène de société avec le même humour caustique, féroce.

Si Tanguy 2 ne sort pas de l’obsession de son auteur pour les liens familiaux, il est toutefois l’occasion d’observer ces retraités nantis dont le frigo est vide. Monsieur est retraité du bureau et madame, retraitée de la cuisine ; ils mangent au club house quand ils ne sont pas à l’autre bout du monde. C’est drôle, mais la cible est plus restreinte et Chatiliez moins mordant. Il est aussi indifférent aux évolutions technologiques de la société.

On le retrouve néanmoins avec d’autant plus de plaisir qu’on le croyait définitivement perdu après ses trois bides : La Confiance règne, Agathe Cléry et L’Oncle Charles. Il a retrouvé l’œil, le mode d’emploi et les acteurs continuent de lui donner le meilleur : Azéma et Dussollier jubilent dans chaque plan. Son souci est désormais de faire cohabiter, humour et élégance, dans les décors, les costumes, les citations, même le générique en forme de luxueux papier d’emballage.

Tanguy, le retour Comédie caustique De Étienne Chatiliez Scénario Étienne Chatiliez, Laurent Chouchan Image Guillaume Deffontaines Avec André Dussollier, Sabine Azéma, Eric Berger Durée 1h33.

© IPM