A 17 ans, Gustav (Gustav Lindh) est renvoyé de l’école à Stockholm. Désespérée, sa mère l’expédie vivre chez son père Peter (Magnus Krepper), un brillant médecin qui a refait sa vie de l’autre côté de la frontière, au Danemark, où il vit avec sa femme Anne (Trine Dyrholm) et leurs deux jumelles. Si l’arrivée de ce jeune homme turbulent pose d’abord des problèmes, Gustav finit par s’intégrer à la famille. Mais la présence de ce corps jeune finit par troubler Anne, qui se rapproche de son beau-fils…

Avec Queen of Hearts, la scénariste et réalisatrice danoise May el-Toukhy signe un second long métrage courageux, qui aborde de front un sujet tabou, celui de l’attirance d’une femme mûre pour un très jeune homme. La cinéaste et sa coscéariste Mariën Louise Käehne signent ici le portrait d’une femme ravagée par le désir et la culpabilité. Un film courageux car il plonge aux tréfonds de la psyché de son personnage, qui franchit une ligne rouge sans retour en arrière possible. Mais ce n’est pas tant la relation en elle-même qui intéresse May el-Toukhy, mais plutôt ses conséquences sur les personnages et sur la dynamique familiale. Ce qu’elle capte, ce sont en effet ces comportements qui changent, trahissant presque aux yeux du monde un secret trop lourd à porter.

Grâce à une mise en scène précise et une bande originale qui instille un climat d’angoisse, Queen of Hearts (en référence à Alice au Pays des Merveilles) se présente, non pas comme un drame classique, mais comme un véritable thriller psychologique, Anne vivant sans cesse dans la peur d’être découverte et que n’éclate l’inévitable scandale. Dans le rôle de cette femme ravagée par la passion et la mauvaise conscience, on retrouve à nouveau une impressionnante Trine Dyrholm, découverte en 1998 dans Festen. Comme récemment dans La communauté ou Nico, 1988 , l’actrice danoise fait preuve d’une implacable justesse, aussi bien quand il s’agit de jouer la froideur glaciale que la chaleur du désir.

Queen of Hearts / Dronningen Thriller psychologique De May el-Toukhy Avec Trine Dyrholm, Gustav Lindh… Durée 2h07.

© IPM