“Avec une jauge de deux cents personnes, nous sommes contents. Nos membres vont pouvoir remettre les équipes au travail et redonner de la joie et du divertissement au public” ajoute M. Laermans. Derrière le pitch prometteur, il reste toutefois à écrire le scénario des modalités concrètes de réouverture des salles. Les généralités sont connues (200 personnes maximum pour un taux d’occupation maximal de 75 %, avec système de ventilation) mais pas le détail.

La Fédération des cinémas, dont les membres accueillaient, avant la pandémie, 85 % des spectateurs belges, espère toutefois que l’autorisation préalable de réouverture par les autorités locales sera levée. “Sinon, ce sera très lourd” estime M. Laermans. Selon lui, “si l’on doit respecter la distanciation entre les bulles, on sera concrètement à un taux d’occupation des salles de 25 à 30 %” donc sous contrôle. Lors de la brève réouverture de l'été, les exploitants, rappelle-t-il, avaient strictement respecté les règles.

Le secrétaire général de la FCB considère également que devrait être autorisée la vente de confiseries – qui représente des bénéfices considérables pour les exploitants de salles. “Si l’Horeca peut être ouvert en intérieur et qu’on peut y consommer sans masque, il n’y a pas de raison de l’interdire dans les salles” argumente-t-il.