Le film est à l’image du titre, banal et basique. C’est donc l’histoire d’une fille qui retourne chez sa mère à Marseille. Elle est architecte, sa boîte a fait faillite, elle est ruinée. Elle n’a pas d’autre solution. L’aide ne viendra ni de sa sœur, ni de son frère, ni du pole emploi. En attendant, maman est contente de retrouver son "bébé" qu’elle réveille à 6 heures pour être la première à lire les petites annonces dans le journal. C’est dire si on y croit.

Bon, on ne va pas s’acharner sur ce téléfilm quatre quarts. Soit un quart de scénario, un quart de bons sentiments, un quart de clichés et un quart de bonnes intentions dont une surlignée : même à 65 ans, on a droit à une deuxième chance, une deuxième vie, un deuxième amour avec le voisin du quatrième étage.

L’ambition artistique d’Eric Lavaine est comparable à celle de l’employé de bpost tamponnant un recommandé. Dès lors, on ne s’étonnera guère de voir Alexandra Lamy, Josiane Balasko, Mathilde Seigner cachetonner. Ça voit tout de même très fort chez Balasko, quand on souvient de son énergie dans "Arrête ton cinéma". Quelqu’un a tout de même bien bossé, c’est le placeur de produits, il s’est surpassé. La meilleure scène est une pub pour Picard. Balasko, qui a organisé un dîner de famille, sort de la cuisine avec une tourte et annonce : "C’est picardi." Ses enfants pensent surgelé plutôt que ch’ti et c’est parti pour un quiproquo appétissant, bien que réchauffé. On admire la façon astucieuse de placer un écran de pub de plusieurs minutes sans même interrompre le téléfilm.

 

© ipm
 F.Ds Réalisation : Eric Lavaine. Avec Alexandra Lamy, Josiane Balasko, Mathilde Seigner… 1h37