C’est un monument du théâtre qui vient de s’éteindre au moment où 2020, année particulière s’il en est, touche à sa fin. Incarnation d’un théâtre populaire, Robert Hossein, était aussi connu pour son rôle du comte de Peyrac dans la série des Angélique. Pourtant, il s’en est fallu de peu qu’il décline la proposition.

“C’est drôle ! J’ai toujours refusé, dans un premier mouvement, les choses intéressantes que j’ai faites dans ce métier. Il y a même eu de passionnantes entreprises que j’ai refusées, dans lesquelles je ne fus pas repêché.” Ici, oui. Robert Hossein reçut une seconde chance. “Le personnage de Peyrac, je le dois à un producteur étonnant, Francis Cosne. Il m’avait déjà confié le rôle principal du Repos du guerrier, de Roger Vadim, avec Brigitte Bardot. J’avais refusé Angélique parce que la description du comte de Peyrac, que m’avait faite ce producteur, m’avait inquiété : un séducteur, marqué d’une cicatrice, affublé d’une bosse et qui boîte… Ça ne me semblait pas crédible. Heureusement, la nécessité faisant loi, je me suis laissé convaincre.”


Robert Hossein apparaît dans quatre des cinq films. Le plus grand succès de sa carrière. Un rôle qui va le marquer. Pourtant, il ne consacre que quinze lignes aux Angélique dans l’autobiographie qu’il a écrite en 1978 (La sentinelle aveugle). Michèle Mercier n’y est pas citée une seule fois. Ils ont pourtant encore tourné ensemble dans un autre film, La seconde vérité, en 1966.

Michèle Mercier ne le porte pas dans son coeur

Née en 1939 (un 1er janvier !), ruinée après avoir été escroquée par l’homme avec lequel elle vivait, Michèle Mercier a raconté qu’elle gardait une rancune certaine à l’égard de Robert Hossein : “Il m’avait promis de me ramener dans une émission télé. J’attends toujours. Il n’a jamais pensé qu’à lui. Je l’ai aidé à plusieurs reprises; il ne m’a jamais renvoyé l’ascenseur. Pire ! Il a été un des premiers à m’enfoncer.”


L’Angélique du cinéma en veut encore plus à son autre partenaire, Jean Rochefort, parce qu’il avait déclaré qu’il avait honte d’avoir tourné ça, qu’il ne l’avait fait que parce qu’il avait besoin d’argent. Au moins, Robert Hossein n’a jamais renié la série. Au reste, en 1995, au temps de ses méga-spectacles, il a monté un Angélique Marquise des anges au Palais des Sports de Paris. À 67 ans, il n’avait plus l’âge d’apparaître dans le rôle. Michèle Mercier non plus.