Une partie de "Cluedo" macabre à la frontière entre la Californie et le Nevada.

En 1969, quatre clients débarquent au El Royale, hôtel autrefois grandiose, qui a la particularité d’être situé sur la frontière entre la Californie et le Nevada. Et l’on comprend rapidement que tous ont quelque chose à cacher…

Scénariste reconnu à Hollywood, Drew Goddard a bossé sur la série Lost, avant d’écrire le script de Cloverfield de Matt Reeves ou de Seul sur Mars de Ridley Scott. Il signe ici son second long métrage après le film d’horreur La cabane dans les bois en 2012. S’il change de registre, il conserve une certaine affection pour le gore, mis ette fois au service d’une métaphore acerbe de la société américaine.


Particulièrement retors dans sa construction, Bad Times at the El Royale séduit par sa narration complexe et la virtuosité avec laquelle il multiplie les points de vue sur une même scène, pour dévoiler la véritable identité des participants de ce savoureux Cluedo, qui distille ses indices de façon subtile pour se jouer des attentes du spectateur. Sous ses dehors de divertissement hollywoodien mainstream au casting de choix (avec un savoureux Jeff Bridges en prêtre de pacotille et une Dakota Johnson bien plus trouble que dans 50 nuances de Grey), le film creuse de façon perverse tous les travers de l’Amérique. Car Goddard ne choisit pas au hasard l’année 1969, celle de la Guerre du Vietnam, de la présidence Nixon ou de la Family de Charles Manson. Cette année condense à elle seule toute la violence qui traverse la société américaine à l’époque et qui se perpétue aujourd’hui.

A travers ses personnages stéréotypaux (la hippie, le prêtre, la noire, le représentant de commerce cachant un agent du FBI…), Bad Times at the El Royale met en scène un condensé de toutes les turpitudes qui rongent l’Amérique : violence, racisme, consommation, drogue, addiction au jeu, croyance, appât du grain, etc. Il ne fait pas bon se regarder dans ce cruel miroir tendu à la société contemporaine…

Scénario&réalisation : Drew Goddard. Musique : Michael Giacchino. Avec Jeff Bridges, Cynthia Erivo, Dakota Johnson, Jon Hamm, Cailee Spaeny, Lewis Pullman, Chris Hemsworth… 2 h 21.

© IPM