À découvrir en « Premium VOD » dès ce lundi, une comédie déjantée et foutraque qui imagine les tribulations d’un DJ égyptien coincé au Grand-Duché du Luxembourg.

Ce n’est pas tous les jours qu’on entend parler luxembourgeois au cinéma... Faut en profiter! Ce mardi, sort en « Premium VOD » Sawah, une improbable comédie luxembourgo-belgo-égyptienne mettant en scène Samir, alias DJ Skaarab (Karim Kassem), invité à Bruxelles pour participer à un concours international de DJ, le « Drop Beats ». Alors que la Révolution éclate en Égypte en 2011, le jeune homme décide quand même de partir. Sauf qu’une fois atterri à Luxembourg, sa correspondance pour Bruxelles est annulée. Le voilà donc obligé de monter dans un bus. Mais lors d'une pause-pipi sur l’aire de Cappelen, Samir est arrêté par la police. Ses papiers étant restés dans le car, les flics le prennent pour un réfugié. Pour gagner Bruxelles, où le Drop Beats débute dans 48 heures, il va devoir ruser et compter sur le bon-vouloir de Daniel (le rappeur et acteur belge Eric Kabongo), un spécialiste du humus de mèche avec Zepp, un parrain de la mafia Rom (Jean-Luc Couchard)...

Comédie foutraque

Né à Alexandrie, ayant vécu à Dubaï et Londres, avant de s'installer à Luxembourg, Adolf El Assal s’était fait remarquer en 2008 avec Divizionz, film sans budget sélectionné dans une centaine de festivals dans le monde, dont la Berlinale. Après quelques courts métrages et un premier long (Les Gars en 2012), il revient avec un second film sur fond de révolution égyptienne et de rêve de réussite à l’étranger…

Mais malgré ce parallèle avec la propre existence du cinéaste égyptien, Sawah n’a rien d’un drame social sur la condition des réfugiés en Europe, mais tout d'une comédie plutôt foutraque. Est-ce l’humour égyptien ou luxembourgeois? Difficile de dire, mais ça part un peu dans tous les sens et dans toutes les langues, entre l’arabe, le français, l’anglais et le luxembourgeois… Si l’on sourit par moments (notamment face au numéro de Jean-Luc Couchard en mafieux du voyage), l’ensemble reste quand même assez peu ambitieux. Et le happy end final, sur fond de triomphe de la Révolution égyptienne, laisse un goût amer, quand on sait où en est le pays aujourd’hui…

© D.R.

Sawah Comédie De Adolf El Assal Scénario Adolf El Assal, Dennis Foon & Sirvan Marogy Photographie Nikos Welter Musique Eric Bintz Montage Philippe Ravoet Avec Karim Kassem, Eric Kabongo, Mourade Zeguendi, Jean-Luc Couchard, Sarrah Abdelrahman… Durée 1h26

© Note LLB