Du 15 mai au 1er juin, "Lumière - Ciné chez vous" propose de revivre en VOD les grandes heures du cinéma flamand à Cannes. Au programme, notamment, le formidable Girl de Lukas Dhont, Caméra d'or en 2018.

Il y a deux mois, la fermeture des salles de cinéma obligeait les distributeurs à repenser complètement leur métier en temps de confinement, en travaillant notamment de façon plus étroite avec les plateformes de vidéo à la demande. Ce qui a permis, par exemple, à Cinéart de relire son histoire sur la Croisette à travers un festival virtuel, qui déroule son tapis rouge jusqu'au 23 mai prochain.

Parmi ces différentes plateformes, Lumière - Ciné chez vous, gérée par le distributeur et exploitant de salles à Bruges Lumière, est l'une des plus actives et des mieux éditorialisée. Elle et a, qui plus est, l'avantage de reverser une partie des revenus de la Premium VOD aux salles. "Ciné chez vous" a ainsi récemment été rejoint par plusieurs cinémas francophones: les Grignoux à Liège, le Palace à Bruxelles, le Plaza Art à Mons et le Quai 10 à Charleroi.

Relayant l'initiative de Cinéart "Il était une fois Cannes", mais aussi la collection de films restaurés de la Cinematek, Cinechezvous.be accueille également, à partir de ce vendredi, De Cannes à votre cabane, une sélection de six films flamands ayant connu leur première sur la Croisette ces trente dernières années.

La tête d'affiche de cette sélection à découvrir en VOD (de 3,99 à 8€) jusqu'au 1er juin est évidemment l'inoubliable Girl de Lukas Dhont, le film choc de la section Un Certain Regard en 2018. Le jeune cinéaste flamand avait d'ailleurs décroché la Caméra d'or du meilleur premier film pour ce drame très fort, portrait d'une jeune danseuse transsexuelle campée par l'impressionnant Victor Polster.

© D.R.

Une perle de l'animation et les débuts de Van Groeningen

Également au programme, Ghost Tropic de Bas Devos (Hellhole), un road-movie nocturne dans les rues de Bruxelles présenté l'année dernière à la Quinzaine des Réalisateurs pas totalement abouti.

© D.R.

Nettement plus convaincant, Ce magnifique gâteau! est un bijou d'animation signé Emma de Swaef et Marc James Roels. Dévoilé à la Quinzaine en 2018, ce moyen métrage ambitieux et poétique, entièrement réalisé en tissus, propose une critique radicale du colonialisme belge au Congo, mettant notamment en scène la figure du roi Léopold II.

© D.R.

Toujours du côté de la Quinzaine, on remonte en 2009 avec La Merditude des choses, qui lança la carrière de Felix Van Groeningen. Le réalisateur, depuis, d' Alabama Monroe, Belgica ou encore My Beautiful Boy avait impressionné la Croisette par sa parfaite transposition à l'écran de la poésie du sordide de Dimitri Verhulst, auteur du best-seller publié en 2006 dont le film est adapté. Soit une plongée dans la Flandre profonde, très profonde!
© D.R.

Histoires d'amour décalées

En 2008, à la Semaine de la Critique, Christophe Van Rompaey filmait, lui, dans Moscow, Belgium, le quotidien d'une femme abandonnée de 41 ans par son mari vivant avec ses trois enfants à Moscow, un quartier populaire de Gand. Laquelle voit sa vie basculer quand elle tombe amoureuse du chauffeur de camion qui a accroché sa voiture...

© D.R.

Enfin, la sélection se clôture avec Manneken Pis de Frank Van Passel. Présenté, lui aussi, à la Semaine de la Critique en 1995, ce film étonnant, récemment restauré par la Cinematek, y avait décroché le Prix de la jeunesse. Une histoire d'amour totalement improbable entre un jeune homme et une chauffeuse de bus...

© D.R.