Adaline (Blake Lively) est une jolie jeune femme de 29 ans qui tombe dans l’œil d’un millionnaire romantique de San Francisco. Jolie certainement. Jeune, c’est moins sûr… C’est qu’Adaline Bowman est née… en 1908. Suite à un accident de voiture qui aurait dû la laisser pour morte en 1937, Adaline a arrêté de vieillir. Cela fait donc 80 ans qu’elle change d’identité tous les dix ans pour tenter de cacher son secret… Mais face au séduisant Ellis Jones (Michiel Huisman, comédien hollandais découvert dans la série HBO "Treme"), Adaline a bien envie, pour une fois, de s’autoriser à vivre. Jusqu’à ce qu’elle rencontre le père du beau gosse (Harrison Ford)... un ancien amour qui pourrait bien mettre au jour sa véritable identité.

"The Age of Adaline" est déjà le quatrième long métrage de l’Américain Lee Toland Krieger (les trois précédents étant restés inédits chez nous), qui se frotte ici pour la première fois aux studios hollywoodiens (Lakeshore Entertainment). Le jeune cinéaste indépendant a visiblement eu du mal à imposer ses vues sur ce drame romantique auquel il tente bien de donner un peu d’ampleur (notamment historique), mais qui se révèle une bluette des plus convenues.

Dommage car, par son intrigue plutôt originale, le film aurait pu sortir des sentiers battus en proposant - ce qu’il ne fait que de façon bien trop lâche - une véritable réflexion sur le temps qui passe irrémédiablement. Alors que depuis la nuit des temps, les hommes ne rêvent qu’à l’éternelle jeunesse, Adaline vit au contraire celle-ci comme une malédiction, qui l’empêche de vivre vraiment, de s’engager auprès de quelqu’un avec lequel il lui est impossible de vieillir, qui la verra sans doute enterrer sa propre fille (Ellen Burstyn), sur le point d’entrer en maison de repos…

Malgré son côté vraiment trop mièvre, s’adressant clairement à un public jeune, "The Age of Adaline" est néanmoins illuminé par la beauté de Blake Lively. La jeune comédienne américaine, devenue une star auprès des ados grâce à la série "Gossip Girl", se montre très à l’aise pour porter sur ses frêles épaules cette romance fantastique. Déjà vue dans "The Town" de Ben Affleck ou "Savages" d’Oliver Stone, la blonde Californienne impose un vrai caractère. Qui n’a pas trompé Marc Forster et Woody Allen, qui lui ont tous deux offert le premier rôle de leur prochain film.


© DR
 Réalisation : Lee Toland Krieger. Scénario : J. Mills Goodloe Salvador Paskowitz. Photographie : David Lanzenberg. Musique : Rob Simonsen. Montage : Melissa Kent. Avec Blake Lively, Michiel Huisman, Harrison Ford, Ellen Burstyn, Kathy Baker… 1 h 52.