Cinéma

Sea, sex and fun. C’est la fête tous les jours pour Moondog. La journée, il la passe au large des Keys en Floride, à pêcher et à siester entre deux bimbos en string. Et la soirée, il boit, il baise, il sniffe et, parfois, il passe devant un micro où il récite ses poèmes. "Cette nuit, je me suis réveillé à quatre heures du matin, et je suis allé pisser. Je suis un homme et j’ai regardé ma bite affectueusement…" Ronsard, Baudelaire ou Norge peuvent aller remettre leur slip ; Moondog finira le film avec le Pullitzer de poésie.

En tout cas, Harmony Korine sort le grand jeu pour faire passer ce Moondog pour un Bukowski, alors que Matthew McConaughey tente de surpasser Jeff Bridges dans le rôle du Dude.

Pour Moondog, l’existence, c’est s’amuser. Et c’est d’autant plus facile quand on est bourré et shooté. Soucieux de prouver en permanence que sa vie est réussie selon son principe, il rit tout le temps. Fort ou bêtement, mais tout le temps.


Harmony Korine a planté le décor - toujours très finale de Miss Belgique, avec plein de filles en maillot - dans lequel il lâche son personnage provocant, hors norme. Au début, on pense à Almodovar. Comment Harmony Korine va-t-il s’y prendre pour créer de l’empathie à l’égard de cet individu qui suscite autant de sympathie que Dries Van Langenhove ? Eh bien, il ne s’y prend pas. Il met un twist dans le scénario, et le film se met à tourner en boucle, répétant les mêmes scènes.

Pour rompre un peu la monotonie, il introduit des célébrités, comme Jonah Hill, Snoop Dog, Martin Lawrence, venues s’encanailler, dans une production provocante - oulalah, ça provoque dur - et sulfureuse - houlala, ça sulfure dur aussi. Matthew McConaughey est content car il ajoute un nouveau personnage foutraque à sa collection. Mais Moondog est au Dude et The Beach Bum au Big Lebowski, ce que Korine est aux Coen et la vlaamse kust aux plages des Seychelles.


The Beach Bum Biopic bidon De Harmony Korine Avec Matthew McConaughey, Isla Fisher, Snoop Dogg Durée 1h 35