Tom est un pro du casse. Douze banques, neuf millions de dollars. Son palmarès est d’autant plus remarquable que réalisé sans violence. Un bon gars, Tom. Au point que lorsqu’il tombe amoureux d’Annie, il décide de se ranger des coffres et de rendre l’oseille. Un bon gars naïf, Tom. Au lieu de consulter un avocat, il décroche son téléphone et appelle le FBI.

L’agent Baker (Robert Patrick) n’en croit pas ses oreilles. Dans le doute, il envoie deux subalternes vérifier que ce n’est pas un canular. C’est là que ça dérape : les agents Nivens et Hall voient dans le magot une bonne assurance retraite. Ils n’ont sans doute jamais vu un Taken de leur vie : faut jamais contrarier Liam et encore moins toucher à sa belle. Un bon gars rancunier, Tom.

Entre les (très) grosses lignes, Honest Thief rappelle Thief (1981) de Michael Mann. Le premier plan (une mèche de foreuse dans une porte blindée) ressemble à un hommage… qui s’arrête là. Formellement, d’abord : Mark Williams n’est pas Mann. Sur le fond, aussi : James Caan était trahi par la mafia dans Thief. Aujourd’hui, extension de la veine populiste du cinéma américain, l’homme ordinaire n’est jamais aussi bien servi que par soi-même face à des institutions pourries, FBI inclus. Pour y remettre bon ordre, iI faut bien un vétéran devenu braqueur pour venger son paternel floué par un vilain patron.

Scénario et réalisation paresseuses sont au diapason des yeux de chien battu de papy Liam quand sa belle lui reproche ses mensonges et de son sourire de gamin quand elle se réjouit de son art de manier le bâton de dynamite.

The Good Criminal / Honest Thief Thriller De Mark Williams Scénario Steve Allrich, Mark Williams Avec Liam Neeson, Kate Walsh, Jai Courtney, Robert Patrick, Anthony Ramos… Durée 1h39.

© DR