David (Clayne Crawford) se faufile dans la chambre de sa femme Niki (Sepideh Moafi), un pistolet à la main. La mère de ses quatre enfants dort paisiblement aux côtés d’un autre homme, Derek (Chris Coy). David pointe son arme vers la tête de sa femme, puis de l’amant. Un bruit dans la maison le surprend. L’homme renonce à son plan macabre et part en courant jusque chez son père, à quelques centaines de mètres de là, où il est retourné vivre depuis que sa femme et lui ont décidé de faire une pause… Alors qu’il sent son couple se fissurer irrémédiablement, David semble avoir perdu pied.

Une petite ville reculée enserrée dans les paysages enneigés arides de l’Utah, de gros pick-up, un personnage de la classe ouvrière… The Killing of Two Lovers impose d’emblée son regard résolument indépendant. Remarqué à Sundance en janvier 2020, le film ne se résume pourtant pas au drame social attendu. Pas plus qu’au polar que sa scène d’introduction et son titre suggèrent.

Une mise en scène qui va à l’os

Réalisateur de nombreux courts métrages et de documentaires, Robert Machoian livre un quatrième film intense, un drame psychologique qui dissèque une rupture sans tomber dans aucun cliché. Et ce grâce à un scénario intelligent, mais surtout à une mise en scène au cordeau. Aucun effet de manche, de caméra ou de montage (dont le cinéaste se charge également). Machoian va à l’os, ne quittant jamais son personnage principal (campé par un très convaincant Clayne Crawford, jusqu’ici cantonné aux séries télé) pour traquer en lui les failles béantes qui pourraient le mener à un geste irréparable. Un sentiment de tragédie à venir renforcé par une bande-son très travaillée qui, sans avoir recours à la musique, parvient à imposer une tension permanente.

Ne durant même pas une heure et demie, The Killing of Two Lovers ne souffre d’aucun temps mort. Pas de gras ici : chaque scène, chaque dialogue, chaque geste est à sa place, pour construire un drame intime parfaitement ancré dans le réel, doublé d’une étude de personnage d’une grande subtilité. Bref, un petit bijou de cinéma indépendant américain.

© Cinéart

The Killing of Two Lovers Drame psychologique Scénario, réalisation & montage Robert Machoian Photographie Oscar Ignacio Jiménez Avec Clayne Crawford, Sepideh Moafi, Avery Pizzuto, Chris Coy… Durée 1h24

© Cote LLB

Disponible en Premium VOD sur Proximus Pickx, Sooner, Cinechezvous.be et Voo.