Kate (Olga Kurylenko) et Matt (Kevin Janssens) emménagent dans un vieux manoir, quelque part dans le nord de l’État de New York. Au cours du nettoyage des lieux, Matt découvre une porte qui ouvre sur une chambre secrète, vide.

Il réalise par hasard que la pièce matérialise tout désir. Kate et lui donnent libre cours à leurs envies et leurs fantasmes (Un Picasso ? Un million de dollars ? Du caviar ?). Jusqu’à ce que Matt découvre le sombre passé de la maison et que Kate obtienne ce qu’elle désire le plus au monde.

Fantasme américain

Le Belge Christian Volckman s’offre lui-même un petit fantasme avec ce film fantastique à l’américaine à domicile. The Room ne peut totalement masquer qu’il a été tourné en nos contrées.

Passé un premier tiers ludique, où le couple s’éclate avec sa variante de la caverne d’Ali Baba, ce récit suit son chemin vers l’inéluctable, prévisible.

Plus métaphysique qu’horrifique, il ne fait qu’effleurer ses sujets latents prometteurs (consumérisme, matérialisme, Œdipe ou, sur un mode plus judéo-chrétien envie, cupidité, désir, inceste) que ni le scénario ni la mise en scène ne transcendent. Une brève illusion, donc, condamnée à sombrer dans l’oubli, comme tout ce qui produit la "chambre".

The Room Fantastique métaphysique De Christian Volckman Scénario Christian Volckman Avec Olga Kurylenko, Kevin Janssens Durée 1h40.

© Note LLB