L'Auberge espagnole ***

Que se passe-t-il à Barcelone quand un étudiant français partage un appartement, le frigo, le téléphone, la salle de bains... avec une Anglaise, une Espagnole, une Belge, un Allemand, un Italien, un Danois? quand autant de nationalités, de cultures, de langues sont amenées à cohabiter dans un espace commun? Erasmus, le fameux programme d'échanges universitaires, inspire à Cédric Klapisch une comédie épatante, cool et même émouvante car on y voit naître la première génération d'Européens. Avec Romain Duris et Cécile de France. (F.Ds.) (LLC n°181)

Austin Powers in Goldmember *

Pour le troisième volet de ses trépidantes aventures, Austin Powers affronte le redoutable Goldmember, nouvel acolyte du Dr Evil. Le prétexte à un voyage dans le temps et à un retour sur soi, arguments principaux d'un film référencé à l'esthétique imparable. Si Mike Myers n'en finit plus de se multiplier - quatre rôles -, que Michael Caine fait une incursion bienvenue dans la série, en plus de nombreux caméos mémorables, l'ensemble donne néanmoins le sentiment de patiner un brin, la fraîcheur initiale s'effaçant `au profit´ de l'humour scatologique. (J.-F. Pl.) (LLC n°190)

Blanche -

Rescapée du massacre de sa famille par les escadrons de la mort de Mazarin, Blanche entreprend de se venger. Bernie Bonvoisin prépare le film de cape et d'épée à la sauce western avec du gore, de la dérision, des anachronismes, beaucoup de vulgarité, des dialogues surlignés et de grands acteurs qui mijotent dans ce jus. Cela donne quoi? Une daube, une grosse daube. 1h34. (F.Ds.) (LLC n°185)

Décalage horaire **

Dans un aéroport de Paris en grève, un cuisinier en transit et une esthéticienne en fuite sont forcés par les événements à partager un portable. Réunis pour la première fois sur la même affiche, chacun dans un contre-emploi, Juliette Binoche et Jean Reno forment le couple atypique de cette comédie, décalée comme l'horaire, cosmétique à cause du maquillage, téléphonée tant le GSM est omniprésent, écrite et réalisée par Danièle Thompson (`La Bûche´). 1h30. (F.Ds.) (LLC n°191)

Le Dictateur ***

Dans ce film de 1940, Chaplin fait à la fois preuve de son génie artistique - la scène d'anthologie du globe terrestre - mais aussi de son génie politique prémonitoire. Chaplin s'attaque ici au dictateur allemand au moyen de son arme: l'humour. Comédie d'une puissance exceptionnelle, `Le Dictateur´ est aussi le premier film parlant de Chaplin et son dernier en tant qu'interprète de Charlot. À (re)voir sur grand écran, dans une version restaurée et sur copie neuve. (F.Ds.) (LLC n°189)

Les Divins secrets *

Dans une interview à `Time´, une jeune auteur dramatique explique que sa créativité fut stimulée par une enfance malheureuse. L'heure de la grande explication avec sa mère a sonné. Mais auparavant, trois mamies assez givrées auront briefé la jeune femme sur les rêves brisés de la maman. Mis en scène par Callie Khouri (scénariste de `Thelma et Louise´), le portrait d'abord fantaisiste d'une Scarlett O'Hara du XXe siècle qui verse malheureusement ensuite dans le sentimental. Avec Ellen Burstyn et Sandra Bullock. 1h55. (F.Ds.) (LLC n°191).

Embrassez qui vous voudrez **

Le temps de vacances qui au Touquet, qui à Chicago, quelques couples naviguant à vue s'exposent à des vents changeants, venus dénuder leurs vérités respectives. Adaptant `Vacances anglaises´ de Joseph Connolly, Michel Blanc témoigne d'un sens de l'observation aiguisé, pour un film dont la mécanique de vaudeville est sous-tendue par un regard grinçant sur nos comportements. C'est souvent fort drôle, finement analysé, et soutenu par une distribution épatatante - Rampling, Dutronc, Bouquet, Blanc, Bouajila,... Acide mais point amer, un film revigorant. 1h43. (J.-F. Pl.) (LLC n°190)

Enough -

Une serveuse dans un fast food épouse le rêve américain: un homme grand, fort, noble, riche, très attaché à la famille. Au final, une franche crapule. Mi-drame conjugal mi- thriller, ce film réalisé par Michael Apted est une nazerie entière. Une de plus pour Jennifer Lopez. 1h58. (F.Ds.) (LLC n°185)

Être et avoir **

Le documentariste Nicolas Philibert (`Le Pays des sourds´) a suivi au quotidien une école à classe unique du Puy-de-Dôme. Un film construit comme une fiction, rythmé par les saisons, qui met en scène les difficultés et les joies de l'apprentissage. Il montre aussi un enseignant qui tout à tour est éducateur, médiateur, animateur et confident. 1h34. (S.L.) (LLC n°186)

51st State **

Porteur de la formule de la substance psychotrope définitive, un chimiste américain débarque à Liverpool pour y réaliser une juteuse opération financière. La drogue est toutefois convoitée par des allumés de tous poils... De Ronny Yu, un croisement entre film d'action explosif et comédie complètement allumée - une sorte de `Trainspotting´ en version délire intégral. Immoral et complètement barré, un film hilarant quoique d'un goût parfois douteux, avec Samuel L. Jackson et Robert Carlyle, impayables. (J.-F. Pl.) (LLC n°184)

Goshu, le violoncelliste *

Violoncelliste au sein d'un grand orchestre, Goshu doit subir régulièrement les foudres du chef qui se plaint de son instrument mal accordé, de son incapacité à suivre le tempo. Si le travail est indispensable en musique, il n'est pas suffisant, et notre jeune homme va le comprendre grâce à une étonnante `master class´ animalière. Isao Takahata (`Le Tombeau des lucioles´) propose une initiation musicale animée, charmante et néanmoins subtile, destinée aux petits, particulièrement à ceux qui entament l'étude d'un instrument. 1h06. (F.Ds.) (LLC n° 190)

Heaven ***

Une jeune femme est interrogée par la police turinoise après avoir fauché quatre innocents dans un attentat. Elle ne cherche pas à se disculper, mais avance comme mobile la vengeance - ratée -, plutôt que le terrorisme. En pure perte, si ce n'est qu'un carabinier, éperdument amoureux, veut l'aider à tout prix. Tom Tykwer s'approprie un scénario de Kieslowski pour un film qui s'élève du terrain policier vers un autre, poétique et métaphysique. Et livre une poignante méditation philosophique sur fond d'amour inconditionnel, portée par Giovanni Ribisi, déterminé, et Cate Blanchett, divine. 1h35. (J.-F. Pl.) (LLC n°182)

Hop **

Son père, clandestin vivant à Bruxelles, arrêté et menacé d'expulsion, Justin, un gamin burundais, trouve refuge auprès d'un ex-anarchiste. Avec le concours du hop, une méthode pygmée permettant d'`apprivoiser´ les éléphants, il affronte l'Etat belge. Entre conte de fées et leçon de vie, le premier film de Domnique Standaert brasse des questions sensibles, portant un regard original et chargé d'humanité sur la problématique des clandestins. Non sans aussi aborder la question des idéaux mis à l'épreuve des faits, sujet transcendé par un exceptionnel Jan Decleir, bien soutenu par Antje De Boeck et Kalomba Mbuyi. 1h42. (J.-F. Pl.) (LLC n°189)

Iran: sous le voile des apparences **

Vingt ans et quelque après la révolution islamique, Thierry Michel propose une vision kaléidoscopique de la société iranienne, entre ambiguïtés et aspirations contradictoires. De la mosaïque des témoignages - religieux, laïcs, anciens combattants, jeunes, femmes... - découle la perception d'une société en pleine turbulence, où le rigorisme religieux des uns et le désir de liberté des autres traduisent une profonde quête identitaire. 1h30. (J.-F. Pl.) (LLC n°187)

Japn **

Un homme débarque dans un bled d'un canyon mexicain pour y mourir. Confronté à la grandeur et à l'âpreté de cet environnement, à la sérénité toute religieuse d'une vieille femme, il assiste bientôt au réveil de sa disposition à la vie. Tourné en scope monumental, le premier film de Carlos Reygadas convoque des sensations contraires, entre fiction et réalité, sacré et profane, charnel et mystique, vertigineuse expression d'un conflit intérieur intense. Un film organique, jouant à plein de l'étirement du temps. Fascinant quoique quelque peu léthargique. 2h02. (J.-F. Pl.) (LLC n°187)

K 19: The Widowmaker (K 19: Le piège des profondeurs) *

En 1961, une avarie au réacteur nucléaire d'un sous- marin russe met la planète au bord de l'apocalypse atomique. Un drame authentique - qui rappelle ceui du Koursk - récupéré par Hollywood pour une superproduction mise en scène par Kathryn Bigelow, qui voit s'affronter patriotisme et humanisme, Harrison Ford et Liam Neeson. 2h18. (F.Ds.) (LLC n°185)

© La Libre Belgique 2002