L’Australien John Hillcoat se montre très à l’aise dans un registre inattendu.

Lié par les liens du sang à Irina Vlaslov, la patronne de la mafia russo-israélienne d’Atlanta, Michael Atwood, ancien agent des forces spéciales, accepte avec sa bande de vétérans de l’Irak et quelques flics ripoux un job : le cambriolage, en plein jour, d’un coffre dans une banque du centre-ville. Mais Irina refuse de payer. Elle exige un autre cambriolage, bien plus dangereux et qui exige un plan machiavélique : l’assassinat d’un flic pour faire diversion… "999" est en effet le code employé par les forces de l’ordre pour signifier à toutes les unités q’un policier est à terre.

Après le western contemplatif ("The Proposition" et "Lawless") ou la science-fiction ("The Road", adaptation maladroite du chef-d’œuvre de Cormac McCarthy), l’Australien John Hillcoat poursuit son exploration du genre en signant un polar noir aux allures de tragédie antique, tant le destin semble s’acharner sur ces personnages, simples instruments d’une volonté supérieure où se mêlent mafia et pouvoir.

Très efficace, la mise en scène de Hillcoat se concentre sur l’action, collant aux basques des flics, que ce soit pendant leurs interventions régulières quand ils sont en service ou pendant leurs braquages. Et dans les deux cas, le cinéaste parvient à créer, sinon un suspense (on sait que tout ne pourra que mal finir), une vraie tension dramatique.

"Triple 9" est un polar complexe. Mais malgré un scénario méandreux, Hillcoat garde pourtant toujours le cap pour accoucher d’un divertissement hollywoodien sombre et solide, porté par une mise en scène assurée et des comédiens exemplaires. Avec une mention spéciale pour Chiwetel Ejiofor (en ripou presque malgré lui), Woody Harrelson (en vieil inspecteur alcoolique) et surtout Kate Blanchett. Presque méconnaissable et inquiétante, la comédienne britannique livre un grand rôle de composition pour incarner cette mafieuse russe cruelle et machiavélique…


© DR
 Réalisation : John Hillcoat. Scénario : Matt Cook. Photographie : Nicolas Karakatsanis. Montage : Dylan Tichenor. Avec Casey Affleck, Kate Winslet, Woody Harrelson, Aaron Paul, Chiwetel Ejiofor… 1 h 55.