Cinéma

Le film majoritairement belge "La Miséricorde de la Jungle" a été présenté aux Journées cinématographiques de Carthage, a constaté l'agence Belga lundi à Tunis. La vingt-neuvième session des Journées cinématographiques de Carthage (JCC) a débuté, samedi, au cœur de la capitale tunisienne.

Parmi la quarantaine de films en compétition, le long-métrage "The Mercy of the Jungle" ("La Miséricorde de la Jungle") a été présenté lundi soir par le producteur belge Aurélien Bodinaux, patron de la société bruxelloise Neon Rouge Production.

Réalisée par le jeune scénariste rwandais Joel Karekezi, cette fiction évoque le parcours de deux soldats perdus dans la jungle congolaise, au milieu d'incompréhensibles combats où l'on peine à distinguer les ennemis des alliés. Finalisé avec un budget d'un million d'euros, le film a déjà été présenté cet automne à Toronto, Namur, Milan et Chicago. Lundi était donc sa première africaine, à l'occasion du festival tunisien des JCC. Sa sortie en salle est envisagée au printemps 2019, en Belgique et en France.

"Plus de la moitié du financement est belge", précise Aurélien Bodinaux, le principal producteur de l'œuvre. Le reste provient notamment des télévisions, dont TV5 Monde qui devrait lui donner une large visibilité.

Très éloigné des clichés véhiculés par la plupart des films de guerre, le message se veut ici plutôt interpellant. "Il s'agit davantage de dénoncer les conflits en tant que tels, de mettre l'accent sur leur absurde cruauté et leurs aspects désuets, surréalistes, voire complètement stupides", précise Aurélien Bodinaux.

L'un des deux rôles principaux est assuré par l'acteur franco-congolais Stéphane Bak, le second par le belgo-congolais Marc Zinga.