Voilà un film qui ne casse pas trois pattes à un canasson. Soit quatre potes, quatre anciens joueurs d’une même équipe de foot, dont l’amitié s’est soudée au zinc d’un bistrot PMU. Mis sous (demi)pression, ils jouent au tiercé et mettent quelques années à comprendre que les joueurs perdent toujours, car ce sont les propriétaires de chevaux qui gagnent. Alors, sur les conseils de Monsieur Paul, ils investissent - une patte chacun - sur une jument provenant d’une écurie prestigieuse. Toutefois, après les premières courses, il appert que l’avenir de l’animal est davantage du côté de la boucherie. Seul son entraîneur y croit.

Un comptable, un chômeur, un kiné et un compositeur de musique pour cabaret parisien: voilà le quatuor d’un film imbibé de la nostalgie d’une autre époque. Le temps d’Yves Robert et de ses comédies avec Rochefort, Marielle, Bedos, Brasseur, Lanoux, etc., sans oublier Vladimir Cosma.

Fabien Onteniente ("Camping") remplace donc "L’éléphant" (qui trompe énormément) par un canasson (assez trompeur, aussi). Il demande à Alain Chabat, Edouard Baer, Philippe Duquesne et Lucien Jean-Baptiste de mouiller leur maillot et de lancer les premières vannes qui leur passent à l’esprit. Il engage Vahina Giocante pour faire le jockey in red. Et il attend l’alchimie. Mais elle ne vient pas, elle sent bien que personne n’y croit.

Faut dire que cela sent le prime-time pour TF1, l’obligation de chaîne à produire dans le cinéma, l’exigence d’avoir des acteurs connus, lesquels sont en position de force et se font surpayer. La preuve, il y a Gégé en magouilleur de profession - un rôle de composition ? - dans ce "Turf" qu’on pourrait donc qualifier de film Maraval (du nom de ce producteur qui a dénoncé ce mécanisme).

Réalisation, scénario : Fabien Onteniente. Avec Lucien Jean-Baptiste, Alain Chabat, Edouard Baer, Philippe Duquesne 1h 42