Sami Bouajila épatant en père tentant de sauver son enfant, blessé dans un attentat terroriste.

Fares (Sami Bouajila) et Meriem (Najla Ben Abdallah) forment un couple heureux. Alors qu’ils passent quelques jours dans la région de Tataouine, dans le sud de la Tunisie, leur voiture est prise pour cible lors d’une attaque terroriste. Aziz, leur fils de 10 ans, est grièvement touché à l’abdomen. À l’hôpital, les médecins parviennent à le stabiliser, mais l’enfant a besoin au plus vite d’une transfusion sanguine et d’une greffe de foie. Fares se propose évidemment, mais les analyses biologiques révèlent un lourd secret : il n’est pas le père biologique d’Aziz. Alors qu’il traverse une rude épreuve, le couple se fissure…

Une tragédie tunisienne

Assitant-réalisateur de la cinéaste Kaouther Ben Hania sur Le Challat de Tunis en 2014 et La Belle et la Meute en 2017, le jeune Mehdi M. Barsaoui signe avec Un fils un premier long métrage prometteur. Comme sa consœur, il construit un personnage complexe et un dilemme personnel fort pour décrire, en toile de fond, l’état de son pays.

Un fils aborde en effet toutes les grandes questions qui divisent la société tunisienne. Que ce soit le poids de la religion et de la tradition, la menace du djihadisme, les lois rétrogrades sur le couple, la guerre qui ronge la Libye voisine… Et ce même si l’histoire se déroule en 2010, à la veille du Printemps arabe et de la révolution qui balayera le régime de Ben Ali.

Face à la très touchante Najla Ben Abdallah (actrice tunisienne très populaire, notamment sur le petit écran), Sami Bouajila trouve ici un grand rôle complexe, qui lui permet de montrer toute l’étendue de son registre. Aussi à l’aise en arabe qu’en français, le comédien français - qu’on avait déjà vu récemment dans Good Luck Algeria de Farid Bentoumi ou Les Bienheureux de Sofia Djama -, a d’ailleurs décroché le prix du meilleur acteur en Orizzonti à la dernière Mostra de Venise.

Avec ce premier long métrage mariant magnifiquement le politique et l’intime, Mehdi M. Barsaoui fait preuve, malgré quelques facilités scénaristiques, d’un beau tempérament. Il prouve une nouvelle fois la vigueur du cinéma tunisien, en plein renouvellement depuis la Révolution de 2011, grâce à une jeune génération qui a enfin de possibilité de donner de la voix pour proposer un regard acéré sur son pays.

Un fils / Bik Eneich Drame De Mehdi M. Barsaoui Scénario Mehdi M. Barsaoui & Antoine Héberlé Avec Sami Bouajila, Najla Ben Abdallah, Youssef Khemiri… Durée 1h30

© DR