Le grand méchant Gru est désormais un bon père de famille. Agnès, Edith et Margo ont définitivement fait fondre son cœur. Fini les plans de conquêtes du monde, Gru s’est reconverti dans la fabrication de gelée de groseilles, pour le grand bonheur de ses Minions. Mais lorsqu’un supervirus est volé par un mystérieux maître du mal, l’espionne Lucy Wild fait appel à Gru pour sauver le monde.

Il était inévitable que le succès mondial du premier opus entraîne une suite - près de 550 millions de dollars de recettes pour un budget huit fois moindre. "Moi, Moche et Méchant 2", production américaine, mais entièrement réalisée à Paris, n’offre plus la même surprise. Le scénario est même un peu plus convenu, le récit plus linéaire et moins déjanté - sauf le final -, surtout prétexte à de l’action et des gags. Comme Gru, les auteurs se sont un peu coulés dans le moule.

Mais s’il n’est plus question d’instaurer ici un univers et des personnages originaux, on retrouve ces derniers avec d’autant plus de plaisir que leur animation est beaucoup plus poussée - attitudes corporelles et expressions sont parfois désopilantes en elles-mêmes. A l’heure où l’animation en images de synthèse s’est généralisée, où le relief est devenu communément admis (même si on peut encore et toujours s’interroger sur son intérêt), c’est là que se fait la différence : dans le professionnalisme des animateurs. Et ceux du studio parisien Mac Guff connaissent manifestement leur boulot. Un petit grain de folie parvient même à surgir encore de temps à autre. La charmante Lucy, espionne plus débrouillarde, quoiqu’un peu gaffeuse (et obnubilée par Gru), est un ajout plutôt réussi. Et la première idylle de Margo est l’occasion de quelques scènes "familiales" assez pertinentes.

Sans surprise, et comme on pouvait le deviner à travers les bandes-annonces du film, ce sont surtout les Minions, ces petits lutins jaunes, au corps en forme de pilule, qui tiennent la vedette. Les auxiliaires à tout faire de Gru, farfelus, joueurs et gaffeurs, se retrouvent même au centre de l’intrigue malgré eux. En toute logique, le prochain film leur sera entièrement consacré : rendez-vous est déjà fixé par les producteurs en 2014.

Réalisation : Pierre Coffin et Chris Renaud. Avec les voix anglaises de Steve Carell, Kristen Wiig, Russell Brand,… Et les voix françaises de Gad Elmaleh, Audrey Lamy, Eric Cantona,… 1h38.