Wallimage, le fonds économique de soutien aux productions et aux entreprises audiovisuelles en Wallonie, a clôturé son centième appel à projets en vingt ans en décidant d'injecter 1,5 million d'euros supplémentaires pour compenser - partiellement au moins - les effets de la crise du Covid-19 sur l'industrie audiovisuelle wallonne, a annoncé lundi son directeur, Philippe Reynaerts. Le comité d'administration de Wallimage a ainsi décidé lundi de soutenir au total 25 projets de longs métrages, documentaires et séries pour des montants allant de 70.000 à 350.000 euros.

L'appel à projets complémentaire porte sur un montant de 1,592 million d'euros, a précisé M. Reynaerts lors d'une conférence de presse à Namur en présence du ministre wallon de l'Economie, Willy Borsus.

Wallimage a soutenu l'an dernier 41 projets, pour un montant de 6,5 millions d'euros, qui ont engendré des retombées économiques à hauteur de 37 millions d'euros en Wallonie, selon M. Borsus (MR).

Mais le secteur du 7e art a, comme bien d'autres, subi "très lourdement" le contrecoup de la crise sanitaire, avec l'arrêt des tournages de films et de séries télévisées et un effet retard pour les entreprises de post-production qui ne se fera ressentir que vers la fin de l'année.

C'est la raison pour laquelle Wallimage a décidé de faire cet effort supplémentaire d'un million et demi d'euros sur fonds propres, qui sera injecté pour compenser partiellement un certain nombre de conséquences indirectes de la crise du coronavirus, selon M. Borsus.

Il a rappelé combien le secteur était important pour la Wallonie - et grâce au mécanisme du tax shelter d'aide au financement du cinéma, de l'audiovisuel et des arts de la scène -, en termes d'investissements, d'emplois et de renommée.

En 2019, le tax shelter, qui existe depuis quinze ans, et les financements privés habituels ont permis d'injecter plus de 130 millions d'euros dans plus de 550 productions en Belgique, selon le ministre.

En général, le retour des financements de Wallimage oscille entre 400 et 500%, a souligné Philippe Reynaerts, qui cèdera fin novembre la direction générale du fonds à Virginie Nouvelle, l'actuelle directrice financière.