Cinéma

Actrice très enjouée, Stella (Sandrine Blancke) est, suite à un tremblement de terre, victime d’une lésion cérébrale. Pas de séquelle apparente, sinon qu’elle a perdu son sens de l’humour. Difficile quand c’est quand même un peu son outil de travail. "L’humour, ça se travaille comme un muscle", lui explique sa neurologue, chargée de sa rééducation… Devant son absence totale de joie de vivre, la médecin lui prescrit donc un séjour dans les Fagnes, dans un camp du rire… Où l’accompagne Frank (Sam Louwyck), un géologue dépressif à qui la jeune femme a réussi à rendre le sourire.

Après Hamsters (2017), fiction expérimentale en noir et blanc réalisée dans les Marolles qui n’avait guère convaincu, Martine Doyen a, pour son second long métrage, un peu plus de budget. De quoi lui permettre cette fois de faire appel à un vrai casting, où l’on croise Abel et Gordon en gourous du rire, mais surtout Sandrine Blancke (la sœur de Toto le héros, ici en surjeu total) et Sam Louwyck. Ces deux-là sont censés former un couple décalé d’explorateurs du rire. Les personnages sont malheureusement réduits à de simples caricatures, simples objets de comédie.

Mais, pataude dans la comédie, lourdaude dans sa mise en scène, qui se veut burlesque alors qu’elle n’accumule que les gags éculés et les références maladroites (notamment au western), Martine Doyen signe une comédie embarrassante et jamais drôle. Un peu embêtant quand on choisit comme sujet le rire. A moins que ce ne soit la dépression…

© IPM
Witz Comédie De Martine Doyen Scénario Martine Doyen Photographie Carl Rottiers Musique PILOOT Avec Sandrine Blancke, Sam Louwyck, Fiona Gordon, Dominique Abel… Durée 1h26.