La BD s'offre une première européenne

Vente, location et lecture de bandes dessinées: le Liégeois Denis Morsomme, 25 ans et mordu de BD, réunit, pour la première fois, ces trois axes en un même lieu, «L'Espace 9e art», dédié à la BD francophone et ouvert dans l'hypercentre de la Cité ardente (25 rue Pont d'Avroy) depuis fin décembre.

Marie Liégeois

Vente, location et lecture de bandes dessinées: le Liégeois Denis Morsomme, 25 ans et mordu de BD, réunit, pour la première fois, ces trois axes en un même lieu, «L'Espace 9e art», dédié à la BD francophone et ouvert dans l'hypercentre de la Cité ardente (25 rue Pont d'Avroy) depuis fin décembre. «Le concept, qui combine librairie, salle de lecture et centre de prêt, existe en Asie, porté par la vague des mangas. A ma connaissance, aucun lieu de ce type n'existe encore en Europe. Pourquoi «francophone» ? Parce que cela désigne l'un des trois courants majeurs de la BD, aux côtés des mangas japonais et coréens et des comics américains», précise celui «qui a appris à lire avec Tintin et n'a depuis plus jamais quitté l'univers des BD» comme il l'annonçait dans l'introduction de son mémoire dédié, cela coule de source, à la lecture des bulles.

En 2003, son diplôme des HEC en poche et une solide étude de marché à l'esprit, Denis cherche à concrétiser un rêve de toujours: créer son propre espace du 9e art. Business plan, recherche d'un endroit, aménagements. En décembre 2004, il ouvre «L'Espace 9e art», entouré de deux amis tout aussi fanas des albums cartonnés.

Objectif premier: démocratiser la lecture de BD - «leur prix assez haut reste le premier frein pour le public» -, dans un endroit calme, lumineux et sobre afin de favoriser la tranquillité des lecteurs et de mettre en valeur les couvertures des albums, souvent hautes en couleur.

Mode d'emploi. «La librairie est ouverte à tous. La salle de lecture et le centre de prêts fonctionnent sur droit d'inscription (10 ou 5 euros) auquel il faut ajouter du «crédit». Soixante minutes de lecture ou 2 locations pour 2 euros, 300 minutes de lecture ou 10 locations pour 8 euros et 900 minutes de lecture ou 30 locations pour 22 euros, explique Denis Morsomme. Chaque visiteur entre d'abord dans l'espace de vente. S'il veut lire ou louer une BD, il scanne sa carte dans la borne informatique et pénètre dans le «salon» de lecture. Ses minutes ou ses emprunts seront ensuite décomptés.»

Un stock impressionnant

Le stock est impressionnant et diversifié: quelque 3000 titres francophones et 1000 mangas pour la lecture et location, 5000 BD et 1500 mangas pour la librairie.

«Nous voulons favoriser la rotation des nouveautés dans le centre de prêts. Les locations sont donc valables pour 24h», ajoute Denis. On le sent, cet espace vise prioritairement les étudiants, «même si des personnes de tous âges ont déjà poussé la porte», constate le responsable.

Soumis au même régime que les bibliothèques, qui devront payer des droits d'auteurs dès que la législation sera définitivement arrêtée, Denis Morsomme et son équipe envisagent de mettre sur pied des séances de dédicaces avec auteurs. «Et pourquoi pas mettre à l'honneur, d'une façon ou d'une autre, le vivier liégeois», envisage ce passionné d'un art qui, il l'a bien compris, connaît un boum énorme et touche un public de plus en plus vaste.

© La Libre Belgique 2005