Hommage à Stéphane Hessel: Hollande salue un "homme libre"

Une cérémonie solennelle d'hommage national à Stéphane Hessel se tenait jeudi matin dans la cour d'honneur des Invalides. Le président français, François Hollande, était présent, ainsi qu'Elio Di Rupo.

AFP
Hommage à Stéphane Hessel: Hollande salue un "homme libre"
©AP

La France a rendu jeudi un hommage national à Stéphane Hessel, résistant, intellectuel et militant, mort la semaine dernière à 95 ans, le président François Hollande saluant un "homme libre" et "un grand Français" lors d'une cérémonie à Paris dans la cour des Invalides.

Le chef de l'Etat a prononcé l'éloge funèbre de l'ancien diplomate et écrivain, auteur du manifeste "Indignez-vous", vendu depuis 2010 à quelque quatre millions d'exemplaires dans le monde et qui a inspiré plusieurs mouvements de protestation, notamment en France, en Espagne et en Grèce.

"Stéphane Hessel était un homme libre: libre de ses choix, libre de ses engagements, libre de sa vie", a poursuivi M. Hollande en présence de la femme de Stéphane Hessel, de nombreux membres du gouvernement, du Premier ministre belge Elio Di Rupo et d'anciens combattants.

"La liberté, c'était sa passion, son idéal", "c'est en son nom qu'il fut un Français libre", a-t-il dit en rappelant l'action de résistant du défunt. Une liberté qu'il exerça "par son action mais aussi par sa plume", a relevé le président, en notant que c'est "par une brochure qu'il connut la célébrité bien au-delà de nos frontières et à un âge exceptionnel". Il "inspira la jeunesse d'Europe et même au-delà", a dit M. Hollande.

Ce militant de gauche "lança à la face des fatalistes, des résignés, des frileux son slogan +Indignez-vous !+", souligna le président pour qui c'était un appel "non à la révolte mais à la lucidité", "c'était et demeure une exigence d'action, une invitation puissante à l'engagement".

Le cercueil, recouvert du drapeau français, avait été porté au centre de la cour d'honneur des Invalides, au son de la marche funèbre. L'ancien résistant et historien Jean-Louis Crémieux-Brilhac, 96 ans, et l'actrice Carole Bouquet avaient auparavant pris la parole pour rendre hommage à Stéphane Hessel.

Jean-Louis Crémieux-Brilhac, responsable de la diffusion clandestine depuis Londres vers la France pendant la guerre, a longuement évoqué le souvenir du "jeune officier charmeur" qu'il avait rencontré en 1942 à Londres et avec lequel il avait noué "une fraternité de 70 ans".

"Dans le désarroi montant, le scepticisme croissant envers le politique, tu as fait entendre une voix qui a passé les frontières, (...) une voix de jeune nonagénaire qui a dit non pour rejeter le règne délétère de l'argent roi", a-t-il déclaré.

Carole Bouquet a lu un poème d'Apollinaire, "La jolie rousse", que Stéphane Hessel "aimait tant".