Alice Munro, une Nobel de littérature "ébahie" et difficile à joindre

"Ma fille m'a réveillée" pour annoncer ce couronnement "et bien sûr c'est absolument formidable", a déclaré Alice Munro. Avant d'ajouter : "Mon mari qui est mort il y a quelques mois aurait été très heureux".

J. LGG. (avec AFP)
Alice Munro, une Nobel de littérature "ébahie" et difficile à joindre
©AFP

La Canadienne Alice Munro, prix Nobel de littérature 2013, s'est dite très heureuse que le monde découvre ses nouvelles et a jugé formidable d'être récompensée par cette prestigieuse distinction.

"Ma fille m'a réveillée" pour annoncer ce couronnement "et bien sûr c'est absolument formidable", a déclaré Alice Munro, interviewée au téléphone par la chaîne de télévision CBC.

Au départ remporter le Nobel, pour Alice Munro, "ça semble tout simplement impossible et c'est super qu'une telle chose arrive", dit-elle en expliquant qu'elle "ne peut pas décrire" les sentiments qui l'ont habités au moment où sa fille lui a annoncé la bonne nouvelle.

D'ailleurs, le comité des Nobel ne parvenait pas à joindre Alice Munro pour lui annoncer la récompense ! 



La Canadienne a finalement réagi. "Je suis très heureuse que le monde découvre (mes nouvelles)", a-t-elle déclaré en se félicitant que son oeuvre soit déjà largement répandue pour ce genre littéraire.

Alice Munro, 82 ans et première Canadienne a être récompensée par un Nobel de littérature, a consacré sa vie d'auteure à dépeindre dans ses nouvelles la vie et les sentiments des femmes dans la campagne de la province de l'Ontario, où elle a passé la majeure partie de sa vie.

"Je savais que je faisais partie des favoris mais je ne pensais jamais pouvoir gagner. Je suis ébahie et très honorée. Je suis particulièrement contente du fait que remporter ce prix va rendre heureux tant de Canadiens", a-t-elle ajouté, dans un communiqué publié par son éditeur Douglas Gibson.

"Je me réjouis aussi du fait que cette récompense va attirer davantage l'attention sur la littérature canadienne", a encore noté Mme Munro.

A l'annonce du Nobel, Alice Munro a déclaré penser "à son père et combien il aurait été heureux, mais aussi à bien d'autres personnes autour de moi". "Les gens qui m'entourent m'ont toujours aidé dans mon écriture. Mon mari qui est mort il y a quelques mois aurait été très heureux", a-t-elle ajouté avec beaucoup d'émotion. Son second mari est décédé en avril dernier.

Son éditeur Douglas Gibson s'est lui aussi réjoui de cette "merveilleuse nouvelle pour nous tous: le Canada a remporté le prix Nobel de littérature". "Les gens me demandent si je suis surpris, mais non, je ne suis pas surpris: elle le mérite", a-t-il dit.

C'est la première fois en 112 ans que l'Académie suédoise récompense un auteur qui n'écrit que des nouvelles.

Alice Munro apparaissait depuis plusieurs années parmi les nobélisables, les spécialistes du Nobel estimant que l'élégance de son style en faisait une candidate très sérieuse.