Le Roi et la Révolution

Formidable nouveau roman d’Alaa El Aswani, l’auteur de "L’Immeuble Yacoubian", succès mondial. Une plongée haletante dans l’Égypte du roi Farouk, qui éclaire tous les enjeux actuels au Caire.

Guy Duplat

Pour plagier un slogan, ce roman est du "plaisir garanti". Un grand livre, qui se lit d’une traite, avec, à la fin de chaque chapitre, une surprise relançant l’intérêt. Un roman plein d’émotions, de luttes et de drames, de tendresse, de sexe et de violence politique.

L’écrivain égyptien Alaa El Aswany avait subjugué ses lecteurs avec "L’Immeuble Yacoubian" qui fut un immense succès. Ce roman-ci, encore meilleur, nous plonge dans l’Égypte de la fin des années 40, celle de Farouk, roi obèse, corrompu et miné par ses obsessions sexuelles, qui fut le fantoche des Anglais. Le Roi (en photo avec Franklin Roosevelt, en 1945) avait ses habitudes à l’"Automobile Club d’Égypte" (le titre du roman), dirigé par un Anglais d’une grande lâcheté, et où il pouvait jouer au poker avec ses maîtresses.

Le Club est au centre du livre. El-Kwo, par ailleurs chambellan du Roi, y règne sur une armée de serviteurs noirs venus de Haute-Égypte qu’il frappe sans cesse, en échange de sa protection. Dans ce microcosme, arrive une famille de Haute-Égypte, noble mais ruinée, obligée de vivoter au Caire. Le père meurt de honte et on suit les destins croisés et dramatiques des quatre enfants : le fils peu futé qui couche contre argent avec les riches vieilles veuves de Zamalek, le fils mené par le bout du nez par une femme ambitieuse et obtuse, la fille intelligente et fine mais qui n’a pas les clés pour affirmer ses droits de femme et Kamel, le fils qui finit le droit et qui lutte avec les révolutionnaires pour chasser Farouk et les Anglais.

Un récit haut en couleur dont on ne dira pas plus. Mais alors, quels liens y a-t-il entre cette histoire et l’Égypte actuelle ? Rien et tout à la fois. Alaa El Aswany fut un des fers de lance de la révolution de la place Tahrir. Il a bien compris que, pour saisir les enjeux actuels de l’Égypte, il fallait revenir sur son passé : son rapport difficile à la modernité, la soumission au "tyran protecteur", la corruption, l’influence du protectorat anglais, les luttes de classes, le racisme à l’égard des Nubiens, le poids des traditions et de l’Islam. Tout est déjà dans le roman, et tout est encore là, aujourd’hui, au Caire. Lisez-le pour le plaisir et pour mieux comprendre l’Égypte.

Automobile Club d’Égypte Alaa El Aswany traduit de l’arabe (Egypte) par Gilles Gauthier Actes Sud 540 pp., env. 23,80 €