La prison d’un pervers narcissique

Eric Reinhardt signe un des plus beaux romans de cette rentrée littéraire avec "L’amour et les forêts". Un livre, en apparence, aux antipodes de son précédent, "Le système Victoria".

Guy Duplat
La prison d’un pervers narcissique
La littérature et l’amour peuvent-ils sauver une femme ?

Eric Reinhardt signe un des plus beaux romans de cette rentrée littéraire avec "L’amour et les forêts". Un livre, en apparence, aux antipodes de son précédent, "Le système Victoria". Dans ce dernier, on suivait les pas d’une femme du XXIe siècle, battante et ogresse. Ici, il

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité