Amos Oz : "L’histoire de Judas fut le Tchernobyl de l’antisémitisme"

Le très grand écrivain israélien Amos Oz sort un roman passionnant qui réhabilite le rôle de certains « traîtres », de Judas à de Gaulle (lire notre critique dans « Lire » du 22 août). Il raconte les discussions d’un trio à Jérusalem en 1960. Rencontre à Paris avec un militant inlassable d’une paix juste avec les Palestiniens mais aussi avec un formidable conteur. Entretien.

Amos Oz : "L’histoire de Judas fut le Tchernobyl de l’antisémitisme"
©reporters
Guy Duplat>Envoyé spécial à Paris
Le grand écrivain israélien Amos Oz, militant de la paix, étudie dans son nouveau roman, "Judas", la figure du traître ou du moins de celui que les autres considèrent comme traître quand il prône un changement que la majorité refuse. Aujourd’hui, quand les extrémismes fleurissent partout, l’écrivain laisse entendre qu’on aurait besoin de plus de "traîtres courageux" comme Churchill accusé de traîtrise pour avoir démembré l’empire britannique et de Gaulle...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet