Les hommes pleurent avec les poings

Dans les rues de Palerme, un enfant de neuf ans apprend la boxe et la vie. Davide Enia livre un récit initiatique dense et rythmé, d’une puissance poétique magistrale.

Les silhouettes de boxeurs se réflètent lors d'un match de championnat le 3 mars 1968 à Varsovie, Pologne.
© KEYSTONE-FRANCE/GAMMA-RAPHO
Alexis Maroy
Dans les rues de Palerme, un enfant de neuf ans apprend la boxe et la vie. Davide Enia livre un récit initiatique dense et rythmé, d’une puissance poétique magistrale.

Il y a partout un ring, et partout des spectateurs." Les pages de "Sur cette

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet