La romancière belge France Bastia est décédée

trump
©montage LLB
Charles Van Dievort

Elle s’est éteinte à l’âge de 80 ans. Son ouvrage le plus célèbre reste "Le cri du hibou".

L’information est tombée ce mardi, la romancière belge France Bastia, épouse du grammairien André Goosse depuis 1988, est décédée lundi. Elle était âgée de 80 ans. Connue pour être l’auteur du "Cri du hibou", elle a remporté de nombreux prix littéraires, dont deux fois le prix jeunesse du Ministre de la Culture française (pour "Une autruche dans le ciel" en 1973 et "L’herbe naïve" en 1975) et le prix De Nayer décerné en 1984 par l’Académie royale de langue et de littérature française pour l’ensemble de son œuvre.

Le cri du hibou

Née dans une famille au sein de laquelle le livre avait toute son importance - son père était le directeur général des Editions universitaires -, elle croisera la route de Marie-Thérèse Grevisse, la première épouse d’André Goosse, qui sera son professeur.

Après avoir entamé un cursus en philologie romane, France Bastia sera tentée par le journalisme et travaillera un temps dans un bureau de presse et de relations publiques avant de prendre en charge le secrétariat de l’écrivain Pierre Nothomb de 1962 à 1964.

Dans les années 70, elle par s’établir au Zaïre avec sa famille. Elle y occupera le poste d’adjointe à l’attaché culturel de l’ambassade de Belgique à Kinshasa. De retour en Belgique, elle publie trois romans lors de la seule année 1975, dont "Le cri du hibou" - 150 000 exemplaires imprimés ! - et "L’herbe naïve".

Présidente

En 1986, France Bastia fait son entrée dans le comité de rédaction de la Revue générale dont elle a pris la direction l’année suivante. Membre de l’association des écrivains belges de langue française depuis les années 60, elle a rejoint le conseil d’administration de l’institution en 1991 pour en assurer la présidence de 1994 à 2010. Jusqu’à sa disparition lundi, elle en était présidente d’honneur.

Son dernier ouvrage est paru en 2013 aux éditions Les Claines, Hamme-Mille et s’intitule "Au gré du jour, au gré du vent… Journal 2011-2012".