"C’est avec une humilité terrifiée que je m’apprête à relater la mort d’un homme"

"C’est avec une humilité terrifiée que je m’apprête à relater la mort d’un homme"
Geneviève Simon
Greffière des derniers mois de son mari, Lael Wertenbaker a offert un témoignage rare et puissant. Où il est surtout question d’amour et de vérité.

"Il nous avait semblé, à Wert et à moi, que son désir de connaître la vérité était naturel, et non admirable, en simple accord avec sa personnalité d’homme et la manière dont il avait vécu." A l’époque où Charles Wertenbaker (1901-1955) apprend qu’il

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité