Et si les enfants des femmes des communautés immigrées naissaient blonds ?

Et si les enfants des femmes des communautés immigrées naissaient blonds ?
Olivier Le Bussy
Clarke livre un thriller philosophique intéressant, mais pas tout à fait abouti.

Le bébé qui tète le sein de Sorraya est aussi blond que sa mère, jordanienne, est brune. Et pourtant, le test ADN réalisé par l’hôpital de Copenhague où Aisha a vu le jour est formel : son mari, Ibrahim est, sans aucun doute possible, le père biologique de l’enfant. Le cas de Sorraya n’est pas isolé.

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité