A-t-on jamais fini de découvrir Proust ?

A-t-on jamais fini de découvrir Proust ?
©REPORTERS
Bernard de Fallois répond en sept conférences aux questions que le lecteur peut se poser.


Bernard de Fallois n’était pas seulement un grand éditeur, il était aussi un grand lettré. Reçu premier à l’agrégation des lettres classiques en 1948, et projetant de faire une thèse sur Marcel Proust, il fut présenté par André Maurois à la nièce de l’écrivain,

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet