"Il y a des fantômes qui hantent toujours Anvers et ses rues"

"Il y a des fantômes qui hantent toujours Anvers et ses rues"
Un texte magnifique et puissant, le "Chagrin des Belges" de Jeroen Olyslaegers dans Anvers occupée.

Jeroen Olyslaegers nous fixe rendez-vous dans la magnifique gare centrale d’Anvers, au milieu du quartier juif qui est au cœur de Trouble.

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité