"Si les mots ne peuvent pas changer le monde, ils peuvent changer un individu"

"Si les mots ne peuvent pas changer le monde, ils peuvent changer un individu"
©REPORTERS
Víctor del Árbol offre à deux septuagénaires une dernière occasion de régler leurs comptes avec la vie. 

Miguel et Helena ne se connaissent pas et ont peu en commun. Mais ces deux pensionnaires d’une maison de repos de Tarifa vont nouer une franche amitié qui les verra s’épauler pour s’offrir une chance de solder leurs comptes avec la vie. Miguel parviendra-t-il à éloigner sa fille du

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet