Marlène Dietrich reste une icône du Septième art

Francis Matthys
Après d’autres, le professeur Jean-Paul Bled consacre une biographie à la mythique actrice et chanteuse.

On ne sait pourquoi l’auteur a préféré orthographier à la française le prénom de son modèle alors que c’est sous celui de Marlene que l’actrice et chanteuse fit sa phénoménale carrière. Ce qu’en revanche l’on sait avec certitude (car elle l’affirme en 1984 dès la première page de ses Mémoires - qui n’ont rien d’un journal intime), c’est que Dietrich

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité