Sous la plume jouissive d’Erwan Desplanques, la mort et la vie posent les jalons d’une reconquête

S’offrir le droit de se réinventer
©DR
De la mort à la vie : c’est en quelque sorte une boucle inversée que retrace Erwan Desplanques dans son deuxième roman, L’Amérique derrière moi. Son père lui annonce souffrir d’un cancer alors qu’il vient d’apprendre qu’il allait être père....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité